Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Deltaplane, parapente, comment faire son baptême de vol libre ?

logo de Version Femina Version Femina 16/07/2021 Fabienne Colin

Et si vous profitiez des vacances pour faire votre baptême de deltaplane ou de parapente? On vous invite à venir tutoyer les nuages.

Deltaplane, parapente, comment faire son baptême de vol libre ? © iStock Deltaplane, parapente, comment faire son baptême de vol libre ?

Avec l’air pour seul moteur, le vol libre fascine. C’est pourtant une activité accessible à tout âge et 100% plaisir ! Tous les pratiquants vous le diront : ils planent, au propre comme au figuré. Un bien-être qui efface toute notion de temps, toute sensation de faim, de soif… De plus, durant le « voyage », on doit toujours rester très concentré sur les mouvements de l’air, afin d’adapter ses gestes en conséquence pour pouvoir se diriger, ce qui stimule le cerveau en permanence. Sans oublier que réussir son vol dope la confiance en soi.

Deltaplane : Fais comme l'oiseau...

Avec son aile triangulaire rigide, le deltaplane a l’allure d’un oiseau en vol d’une envergure de 6 mètres et d’au moins 35 kilos. Le deltiste démarre à pied depuis une colline en portant son équipement. La prise au vent le fait décoller. Les bras sont tendus et les mains accrochées à une structure métallique en forme de triangle. Une fois dans les airs, le deltiste est tenu allongé par un harnais ventral reliant son dos à l’armature de l’aile, 1,5 m sous elle. On profite des courants d’air pour avancer. Pour changer de direction, on déplace le poids du corps vers la gauche ou vers la droite. En modifiant l’inclinaison, on change aussi de vitesse. Le geste est technique, mais sans effort.

On pousse vers le bas pour ralentir et on relâche pour accélérer. Le « delta » offre l’ivresse de la vitesse. On se déplace couramment à 80 km/h. Les pics peuvent même atteindre 110 km/h. C’est grisant !

 

Pour apprendre Comptez cinq jours de cours (700 €) pour vous initier et quatre autres semaines au minimum pour vous débrouiller, avec des conditions météo calmes et sur un site connu. Pour des raisons de sécurité, le brevet de pilote est conseillé pour se lancer seul en toutes circonstances.

La première fois Le baptême se pratique à deux. Le coach qui tient la barre de contrôle, tandis que l’apprenti se laisse diriger. Allongé, en retrait du pilote, il se tient à lui par des poignées situées au niveau de chaque hanche. Au retour, le delta se pose sur des grosses roulettes en caoutchouc et le binôme atterrit allongé dans l’herbe. A partir de 100 €.

Il raconte

« Je me suis offert un baptême pour mes 70 ans, se rappelle Jacques, 73 ans. Pour démarrer, on a trottiné sur 2 mètres et ensuite on était couchés, les yeux vers l’horizon. Le vol a duré une heure. Moi qui pratique habituellement le parapente, j’ai senti la différence ! Un deltaplane vole beaucoup mieux et plus vite. Sur un delta, on se sent vraiment comme un oiseau. C’est de l’aéronautique. Un formidable souvenir ! »

Parapente : Ô temps ! Suspends ton vol

C’est la plus confortable et la plus accessible des activités de vol libre. Un parapente (photo) se compose d’un tissu (aile) bosselé, relié par des ficelles (suspentes) à une assise (sellette). Avant de se lancer, on s’installe dans ce « baudrier » et l’on fait gonfler la voile. Puis on marche dans une pente douce (ce n’est pas un saut), l’aile monte et entraîne le parapentiste en l’air. Assis comme dans un fauteuil quelques mètres sous sa voile, on se laisse porter dans le ciel et on vole dans le silence. C’est un sport lent, apaisant. Le vent doit souffler à 40 km/h au maximum. La commande se fait au moyen de deux poignées. Tirez l’une, et le parapente tourne de ce côté. Actionnez les deux vers le bas, ça ralentit. Relâchez-les, ça accélère. Pour atterrir, on trottine un peu comme pour descendre d’un train en cours de freinage.

Pour apprendre Il faut cinq jours de cours (700 €) pour se sentir à l’aise et trois autres semaines pour être autonome.

La première fois Le baptême se fait en biplace. Le décollage s’effectue côte à côte, puis le pilote déplace son passager devant lui. A l’arrivée, le novice revient à la position initiale et se tient à son binôme en lui passant un bras dans le dos pour atterrir en courant quelques pas. Comptez de 75 à 90 €.

Elle raconte

« Nous avons été pris en charge par des gens qui partagent leur passion, se souvient Jeanne, 55 ans, qui a fait son baptême l’année dernière, en même temps que son mari. Une fois la voile gonflée, on regarde au loin, on fait quelques pas et, d’un coup, on n’est plus sur terre. On se sent comme sur une balançoire. Au début, on descend légèrement, c’est doux… puis le pilote cherche les courants ascendants. On monte plus ou moins vite. Il faut bien accompagner le mouvement pour éviter d’avoir mal au cœur. J’étais en confiance. J’ai même eu les rênes pendant un moment. Et quelle merveille, ce paysage au-dessus du lac d’Annecy ! J’en ai oublié mon quotidien. »

Attention !

Ces deux activités sont contre-indiquées en cas de problèmes neurologiques, de douleurs aux épaules, ainsi qu’aux personnes malentendantes – les premiers cours en solo étant guidés par la voix par radio.

Pour trouver un club, rendez-vous sur le site de la Fédération française de vol libre : federation.ffvl.fr.

Merci à François Duchesne de Lamotte, médecin de la Fédération française de vol libre.

>A découvrir également : Le Bellyfat workout ferait perdre le gras du ventre en 15 minutes tout en se musclant sans effort… Les résultats impressionnants créent le buzz

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Version Femina

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon