Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Gisèle Halimi : bientôt une sixième « immortelle » au Panthéon ?

logo de ELLE ELLE 21/08/2020 Anaïs Guillon

Disparue le 28 juillet, de nombreuses personnes demandent la panthéonisation de l’avocate et figure féministe Gisèle Halimi. Deux pétitions ont déjà recueilli plus de 9 500 signatures.

Gisèle Halimi, élevée au grade d'officier de la Légion d'honneur, le 8 septembre 2006 au palais de l'Elysée à Paris. © Mousse/ABACA Gisèle Halimi, élevée au grade d'officier de la Légion d'honneur, le 8 septembre 2006 au palais de l'Elysée à Paris.

Depuis la disparition de Gisèle Halimi, plusieurs voix s’élèvent pour demander son entrée au Panthéon, qui a vocation depuis la Révolution à honorer les grandes figures qui ont marqué l'Histoire de France. 

C’est le cas de la pétition lancée jeudi 20 août par Louise Dubray, membre des Effronté-e-s et psychologue au sein de l’association Womensafe, qui lutte contre les violences faites aux femmes. L’hommage timide du président de la République se limitant à un tweet, la chaise laissée vide lors des obsèques par le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, l’absence d’une minute de silence, de drapeaux en berne et d’un deuil national, tout ceci, selon cette pétition, témoigne « d’un certain mépris à l’égard des causes défendues par Maître Halimi ». Les pétitionnaires exigent « un hommage décent à celle qui a tant fait pour notre pays, pour la cause des femmes, pour celle des homosexuel.le.s et contre le colonialisme ». Et cela passe par une entrée au Panthéon, un acte symbolique fort « qui dirait aux femmes victimes, aux homosexuel.le.s et aux rescapé.e.s du colonialisme combien ces combats sont importants et combien la France les reconnaît comme justes », argumente le texte. 

Améliorer la « parité dans la politique mémorielle de la France » 

Une autre pétition déposée dès juillet par Eliz Murad, chanteuse et bassiste d'origine libanaise, défend qu’« inhumer une sixième femme au Panthéon parmi les soixante-quinze hommes qui y reposent, c’est aussi contribuer largement à la parité dans la politique mémorielle de la France ». La dernière femme à avoir rejoint Marie Curie, Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion et Sophie Berthelot a été Simone Veil, en 2018.  

Dans le même sens, l'Association pour la promotion de la coopération et de l'amitié entre la France et la Tunisie a adressé une lettre à Emmanuel Macron, pour que les cendres de Gisèle Halimi demeurant actuellement au cimetière du Père-Lachaise à côté de celles de son mari, soient transférées au Panthéon. L'association souhaite que « l'empreinte de cette grande femme » soit « inscrite à jamais dans nos cœurs et dans l'histoire de France ». 

Publicité
Publicité

Plus d'info : Elle.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon