Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les EPI professionnels, sortir dans la rue avec un masque à gaz vous protègera-t-il de la Covid ?

logo de Vie pratique Vie pratique 06/04/2021 Vie Pratique Féminin

En France, depuis le printemps 2020, les personnes arborant un masque dans la rue se comptent par millions. Pourtant, bien que censés assurer la protection respiratoire, ces produits n’ont pas la même efficacité. Qu’en est-il du masque à gaz ? Protège-t-il réellement contre la covid-19 ? C’est tout le sens de cet article consacré à l’efficacité des masques, dont celui à cartouche technique.

8836196acaca6319d6c2a0c66c3d94c3 © Fournis par Vie pratique 8836196acaca6319d6c2a0c66c3d94c3

En France, depuis le printemps 2020, les personnes arborant un masque dans la rue se comptent par millions. Pourtant, bien que censés assurer la protection respiratoire, ces produits n’ont pas la même efficacité. Qu’en est-il du masque à gaz ? Protège-t-il réellement contre la covid-19 ? C’est tout le sens de cet article consacré à l’efficacité des masques, dont celui à cartouche technique.

Efficacité du masque chirurgical

En Asie, le port du masque est entré dans les mœurs il y a longtemps. Or, son utilisation massive en hexagone date seulement d’il y a quelques mois. L’épidémie de coronavirus Codid-19 n’est pas étrangère à la percée fulgurante de ces équipements de protection individuelle.

Depuis, le spectacle des personnes portant un masque sur le visage pour se protéger est devenu un fait banal, dans les rues comme dans les transports.

Une multitude de masques de protection existe sur le commerce, bien qu’ils ne remplissent pas tous les mêmes fonctions. Le plus courant d’entre eux est le masque chirurgical. Les chirurgiens-dentistes sont ceux qui le portaient régulièrement avant la survenue de la pandémie. Mais depuis le début de la maladie à coronavirus, son utilisation s’est répandue au sein de la population.

Vendu en pharmacie, les experts pensent que ce masque n’assure pas une réelle protection de celui qui le porte. En réalité, au lieu de vous protéger, le masque chirurgical protège plutôt les autres de vos postillons ou de vos déjections. Ainsi, le port du masque chirurgical empêche les personnes infectées de contaminer les autres personnes saines qu’ils croisent sur leur chemin.

 

L’efficacité des masques FFP

Grâce à son étanchéité, les masques FFP protègent des infections microbiennes. Le modèle FFP2 est muni d’un dispositif filtrant permettant de bloquer le passage des poussières nocives ainsi que les agents pathogènes contenus dans les particules fines.

L’efficacité de ce masque varie entre 3 et 8 heures. Seul hic, une fois posé, le masque ne peut plus être retiré. Autrement dit, si l’utilisateur éprouve le besoin de consommer un repas ou une boisson, un changement de masque s’impose.


Galerie: 4 idées reçues sur la cataracte (Femme Actuelle)

Le professeur Jean-Christophe Lucet est chargé de la prévention des infections à l’hôpital Bichât à Paris. Selon lui, « ce qui est important, c’est de respirer à travers le filtre et pas sur les côtés, pour que les microbes restent bloqués à l’extérieur du masque. S’il est porté correctement et qu’il s’accompagne du lavage des mains, ce dispositif est très fiable, conclut le spécialiste. »

Les personnels soignants sont ceux qui arborent majoritairement ce masque. Il en est de même des personnes ayant une santé fragile ou des personnes très vulnérables en cas d’exposition au virus. Ce masque est vendu en ligne et dans des boutiques spécialisées. Son prix oscille entre 2 et 15 euros. Sa distribution est aussi effective en pharmacie.

 

L’importance des symboles P1, P2 et P3 sur l’efficacité des masques FFP

La protection assurée par un masque FFP1 a une durée de 8 heures. Passé ce délai, le masque cesse d’être efficace. Le taux de filtration offert par ce type de masque est de 80 % au moins. Cela permet de réduire les risques de contamination par voie aérienne. C’est pourquoi le niveau de protection offert par ce masque a été jugé suffisant par les organismes de certification.

La situation de proximité au quotidien entre les malades et les autres personnes a été prise en compte dans ces estimations. L’usage de ce masque est recommandé à tous ceux qui entrent en contact avec les malades. La plupart des visiteurs en reçoivent dans les hôpitaux. La grippe aviaire, la tuberculose et la Covid sont quelques-unes des pathologies qui ont favorisé la distribution en masse de ces masques.

S’agissant du masque FFP2, il se caractérise par un taux de filtration plus élevé, de l’ordre de 94 %. C’est un masque pratiquement étanche qui offre un haut niveau de protection, ce qui permet de réduire davantage les risques de contamination. Son usage est fortement recommandé au personnel soignant dont il assure la protection. Sa disponibilité pose pourtant problème en raison des stocks insuffisants qui sont mis à disposition.

Enfin, il y a le masque FFP3. Il est destiné à l’usage du personnel médical, dans les hôpitaux. Les masques bénéficiant de la classification P3 sont réutilisables. Avec 99,95 % de taux de filtration, ces masques offrent une protection maximale aux utilisateurs. Leur utilisation est courante en période d’épidémie ou en cas d’attaque avec une arme chimique ou biologique.

 

Peut-on se protéger de la Covid en arborant un masque à gaz ou à cartouche technique ?

La qualité du filtrage détermine le niveau d’efficacité de ces masques. De nombreux corps de métier les utilisent. Ils offrent une protection de très haut niveau contre les substances nocives respirables. Ces différents risques sont identifiés par des symboles A2, B2, E2 et K2.

Le symbole A2 est utilisé pour identifier les vapeurs et les gaz d’origine organique. C’est par exemple le cas des solvants industriels portés à ébullition à une température de plus de 65°. Quant au symbole B2, il désigne les gaz et les vapeurs inorganiques. C’est le cas notamment des substances telles le chlore, l’acide cyanhydrique ou le sulfate d’hydrogène.

Le troisième est le symbole E2. Les gaz comme le dioxyde de soufre sont représentés par ce symbole. Ce sont des dérivés de vapeurs acides et de gaz. Enfin, le symbole K2 désigne les dérivés organiques et d’autres substances comme l’ammoniac. Contre ces substances, l’efficacité du masque à gaz est estimée à 94 %.

Une autre catégorie de substances est identifiée par le symbole P3. Ce sont, non seulement, les liquides toxiques, les particules solides ou radioactives, mais aussi les microorganismes et les agents pathogènes. Contre ces substances, les masques à cartouche technique offrent un niveau de filtration estimé à 99,95 %.

 

Les masques à cartouche technique sont des dispositifs haute performance. Leur port permanent dans la rue protège le porteur contre toutes les formes de contamination par voie aérienne, y compris la Covid.

Publicité
Publicité

Plus de Vie pratique

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon