Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les femmes, plus affectées par le reconfinement que les hommes

logo de Version Femina Version Femina 16/11/2020 E.R.

Le bien-être psychique des Français est au plus bas depuis le reconfinement. Selon une étude Ifop*, près d’un tiers d’entre eux n’ont pas le moral. Un mal-être particulièrement présent chez les femmes, qui souffrent encore davantage de troubles du sommeil, d’anxiété et d’un sentiment de solitude.

Une femme confinée déprimée et triste. © iStock Une femme confinée déprimée et triste.

Le reconfinement pèse lourdement sur le bien-être des Français. Selon une étude récemment réalisée par l'Ifop*, près d'un tiers d'entre eux (28%) qualifient leur moral de « mauvais » depuis sa mise en place le 30 octobre dernier. C'est plus que lors du premier confinement, durant lequel cette proportion de malheureux atteignait « seulement » 20%**. Anxiété, troubles du sommeil, voire dépression, une usure psychologique de plus en plus ressentie par les Français… et plus particulièrement par les femmes.

Troubles du sommeil, stress et dépression : les femmes souffrent davantage du reconfinement

Quels que soient les facteurs observés, les femmes sont systématiquement plus affectées que les hommes par le reconfinement.

Les troubles du sommeil

  • Part de Français qui en souffrent actuellement : 38% (+6 points depuis le reconfinement)
  • Part d'hommes : 31% (+5 points depuis le reconfinement)
  • Part de femmes : 44% (+7 points depuis le reconfinement)

Les périodes intenses de stress

  • Part de Français qui en souffrent actuellement : 27% (+7 points depuis le reconfinement)
  • Part d'hommes : 21% (+6 points depuis le reconfinement)
  • Part de femmes : 32% (+9 points depuis le reconfinement)

Les épisodes de dépression

  • Part de Français qui en souffrent actuellement : 12% (+3 points depuis le reconfinement)
  • Part d'hommes : 10% (+3 points depuis le reconfinement)
  • Part de femmes : 14% (+3 points depuis le reconfinement)

A découvrir également : Ces Français qui transgressent les règles du (re)confinement par envie sexuelle

Un sentiment de tristesse

  • Part de Français qui en souffrent plus que d'habitude : 52%
  • Part d'hommes : 43%
  • Part de femmes : 60%

Un sentiment d'impuissance

  • Part de Français qui en souffrent plus que d'habitude : 64%
  • Part d'hommes : 58%
  • Part de femmes : 70%

Un sentiment de solitude

  • Part de Français qui en souffrent plus que d'habitude : 41%
  • Part d'hommes : 36%
  • Part de femmes : 44%

* Étude Ifop pour Consolab, réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 4 au 5 novembre 2020 auprès d’un échantillon de 2 030 personnes (dont 1 094 salariés), représentatif de la population résidant en France métropolitaine âgée de 18 ans et plus.

** Étude Ifop réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 24 au 27 avril 2020 auprès d’un échantillon de 3045 personnes, de la population française âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Version Femina

Version Femina
Version Femina
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon