Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

MAP : qu’est-ce que la menace d’accouchement prématuré ?

logo de Femme Actuelle Femme Actuelle 15/10/2020 Geneviève Andrianaly
MAP : qu’est-ce que la menace d’accouchement prématuré ? © iStock MAP : qu’est-ce que la menace d’accouchement prématuré ?

Derrière l’acronyme "MAP" se cache une pathologie appelée "menace d’accouchement prématuré". Cette affection est la première cause d’hospitalisation pendant la grossesse. Mais de quoi s’agit-il ? Comment la détecter et la soigner ? On fait le point.

Accoucher avant le terme fait parti des craintes des futures mamans. Les médecins parlent d’un accouchement prématuré quand la naissance survient avant la 37ème semaine d’aménorrhée. Il peut être induit, à savoir provoqué à la suite d’une décision médicale, ou spontané. Un accouchement prématuré spontané est souvent précédé d’une menace d’accouchement prématuré, plus communément appelé "MAP".

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Ce terme est utilisé lorsque le bébé menace d’arriver plus tôt que prévu. Selon la Haute Autorité de Santé, en 1998, 20 % des femmes enceintes ont été hospitalisées au cours de leur grossesse, et 38 % l’ont été pour cause de menace d’accouchement prématuré. En France, l’incidence de la MAP est estimée entre 60.000 et 215.000 patientes par an.

Menace d’accouchement prématuré : de quoi s’agit-il ?

La menace d’accouchement prématuré est une pathologie qui survient entre la 22ème et la 37ème semaine d’aménorrhée. Elle se caractérise par l’association de contractions utérines fréquentes, régulières et douloureuses (au moins trois en 30 minutes) et de modifications cervicales. "C'est une des situations obstétricales les plus fréquentes et les plus anciennement reconnues, mais aussi une des plus mal connues", indique le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF). Si la menace d’accouchement prématuré n’est pas traitée, elle peut conduire à un accouchement prématuré.

MAP : qui sont les femmes à risque ?

Lors d’une grossesse multiple, les futures mamans sont plus susceptibles de développer une menace d’accouchement prématuré. Les femmes qui ont déjà connu une MAP sont également plus à risque. Cette pathologie peut également survenir chez certaines femmes sans qu’aucun facteur de risque ne se présente.

MAP : quelles sont les causes de la menace d’accouchement prématuré ?

Les origines d’une menace d’accouchement prématuré sont multiples. D’après le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF), les antécédents d’accouchement prématuré, les grossesses multiples, les pathologies thyroïdiennes et les maladies chroniques, telles que le diabète et l’hypertension, peuvent provoquer une MAP. Autre facteur de risque : l’hydramnios, soit un excès de liquide amniotique. Les infections urinaires, vaginales ou d’origine bactérienne peuvent également causer une menace d’accouchement prématuré. Une malformation utérine et une anémie sévère sont aussi associées à la MAP. Parmi les facteurs de risque, on retrouve aussi une intervention chirurgicale, comme une conisation.

Quels sont les symptômes de la menace d’accouchement prématuré ?

Les signes qui doivent alerter sont :

Comment diagnostiquer la menace d’accouchement prématuré ?

Pour diagnostiquer la menace d’accouchement prématuré, la future maman doit réaliser des analyses urinaires et de sang. Le médecin lui demandera également de réaliser des échographies et des examens vaginaux pour apprécier des modifications cervicales et l’état du col de l’utérus. Le praticien réalisera également un monitoring pour quantifier avec précision les contractions et surveiller le fœtus.

MAP : quels sont les traitements ?

Le traitement de la menace d’accouchement prématuré vise dans un premier temps à diminuer les contractions utérines. Il repose ainsi sur le repos strict au lit et des médicaments tocolytiques. La tocolyse permet de prolonger la grossesse. Des corticoïdes peuvent également être administrés à la femme enceinte. La corticothérapie permet à la maturation pulmonaire fœtale d’avoir lieu avant l’accouchement.

À lire aussi :

Accouchement prématuré : les troubles du sommeil augmenteraient les risques

Accouchement prématuré : les signes à surveiller pendant la grossesse

Accouchement : quelle est la taille de l'aiguille de péridurale ?

Publicité
Publicité

Plus d'info : FemmeActuelle.fr

Femme Actuelle
Femme Actuelle
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon