Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pourquoi s’ennuyer en vacances est-il bon pour la santé ?

logo de Ouest-France Ouest-France 23/07/2022 Par Jeanne DURIEUX
L’ennui comporte de nombreux bénéfices. © Photo d’illustration : Pexels L’ennui comporte de nombreux bénéfices.

Loin d’être à éviter à tout prix, l’ennui comporte de nombreux avantages, notamment en vacances… À condition de jouer le jeu. Quels sont alors les bienfaits de l’ennui ? Éléments de réponse avec la psychothérapeute Virginie Bapt.

Les mois de juillet et d’août sonnent l’heure des vacances. Mais ce farniente, pourtant mérité, ne donne pas envie à tout le monde. Pour certains, temps libre l’été rime avec oisiveté, voire avec angoisse face à ces journées sans horaires et sans obligations. Pourtant, « apprendre à s’ennuyer en vacances est un enjeu stratégique », affirme la psychothérapeute Virginie Bapt. « S’ennuyer pour s’ennuyer ne fait évidemment pas très envie. » La disparition d’un rythme quotidien que l’on suit sur une longue période nous fait peur, en nous renvoyant à une certaine angoisse de la page blanche.

« Pourtant, l’ennui est un investissement : c’est se donner le luxe de s’investir sur d’autres projets que ceux qui requièrent notre attention quotidienne. Ces derniers peuvent notamment consister à ne rien faire. Et ne rien faire est un investissement comme un autre ! » Mais en quoi consistent réellement les bienfaits de l’ennui ? Virginie Bapt revient pour l ’édition du soir sur cinq bienfaits méconnus de l’ennui.

1. La performance améliorée

« Pour que notre système nerveux et notre psychisme puissent fonctionner correctement, il faut leur accorder des périodes de relâchement », détaille la spécialiste. En clair, le cerveau est un muscle. « Accepter de s’ennuyer, c’est muscler son cerveau, c’est être dans une stratégie d’efficacité. »

L’ennui permet à notre cerveau de se régénérer, pour regagner toute sa productivité et sa performance et éviter l’épuisement mental. « Intégrons le fait qu’il est normal, qu’il est même bien d’être inactif. »

2. Connaître ses envies et besoins

Au quotidien, nous n’avons que très rarement le luxe de n’avoir rien à faire. « L’ennui nous permet d’être attentifs à ce qui se passe quand on ne fait rien. Il permet d’écouter notre moi profond. Que se passe-t-il quand on ne fait rien ? Qui a-t-on envie de voir lorsqu’on s’ennuie ? Que souhaite-t-on faire quand on n’a rien à faire ? »

Pour connaître ses envies et ses besoins, il faut avoir l’occasion de les faire émerger, sans même y penser, sans vouloir les contrôler.

3. Une créativité régénérée

« Il faut bien une page blanche pour pouvoir écrire dessus », explique Virginie Bapt. En clair, il faut de l’ennui, pour que l’on ait envie de faire naître quelque chose. « C’est la stratégie de la jachère », affirme-t-elle. « Il faut laisser un champ se reposer pour que la terre se régénère et redevienne fertile. Nous avons besoin qu’il ne se passe rien, nous avons besoin de l’ennui, pour que notre cerveau se régénère et redevienne créatif. »

4. L’ennui un véritable cadeau caché

« Le quotidien routinier, ses impératifs et ses préoccupations nous occupent l’esprit toute l’année », détaille la psychothérapeute. « En vacances, il faut absolument savoir se laisser porter, laisser s’installer le temps ». En évitant de s’inquiéter des mêmes préoccupations et des mêmes questions qui reviennent en période de travail, « on constate souvent à la sortie de vacances reposantes que les réponses à ces problèmes s’imposent naturellement à nous, alors même qu’on n’y avait pas pensé pendant nos congés ».

5. L’ennui « est bon pour le moral »

Quid du téléphone dans l’équation ? « Le numérique comble les vides. Il vient masquer chaque temps libre dont nous pourrions profiter pour régénérer notre cerveau ». Pourtant, « ces moments de vide sont essentiels pour apprendre des choses intéressantes sur nous-mêmes. Si nos questionnements, nos interrogations sur nous-mêmes ne sont pas résolues durant ces périodes de vide, elles reviennent, toujours plus insistantes. »

Sans être systématiquement dans l’introspection, « il faut se laisser du temps et l’occasion de s’ennuyer pour s’interroger sur le sens de notre vie, de nos projets… » En clair, « l’ennui est bon pour le moral ! »

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon