Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ça s’est passé comment exactement le 14 juillet ?

logo de Gentside Gentside 13/07/2021 Sheherazade Hamidi
Origine du 14 juillet © Fournis par Gentside Origine du 14 juillet

Le 14 juillet, c'est le jour de la fête nationale française commémorée tous les ans depuis 1880. D'une manière générale, le 14 juillet est associé à la prise de la Bastille en 1789. Pour comprendre comment s'est passé ce jour-là en France, remontons un peu le temps.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Les origines du 14 juillet

D'innombrables prisonniers sont entre les murs impénétrables de la Bastille. Cette forteresse de pierre a été construite par le roi Charles V afin de défendre la porte Saint-Antoine. Si elle a très vite été délaissée et a perdu son importance, le peuple de Paris aura à cette époque sept prisonniers, dont quatre faussaires. Nous sommes en juillet 1789, la population de Paris est très agitée et l'inquiétude règne. Des troupes sont massées autour de la capitale et la pénurie alimentaire ne cesse de grimper. Le peuple de Paris n'arrive pas à s'acheter un bout de pain.

Le 12 juillet 1789, un matin très tôt, Necker est renvoyé. Necker, alors choisi comme ministre des finances par le roi Louis XVI, était perçu comme trop proche du peuple. La famine se fait toujours ressentir au sein de la population. Et face à la situation, Necker opte pour des mesures visant à aider le peuple et ainsi sortir de la crise. Alors, en 1789, il interdit l'exportation de céréales et laisse le prix du pain à un niveau acceptable. Enfin, il allège les dépenses de l'État.

Quelques années plus tôt, en 1781, Necker le ministre populaire s'était d'ailleurs attiré les foudres du Parlement de Paris en rendant publiques les dépenses de l'État. Résultat, il avait démissionné. Mais vous vous en doutez, le roi le rappelle et il reprend ses fonctions.

Le ministre trop proche du peuple a un comportement qui déplaît à bon nombre de partisans du roi. Par ailleurs le clergé et la noblesse se sentent trahis par ce dernier à cause de son comportement. Le roi Louis XVI envoie alors une lettre à Necker et le renvoie le 11 juillet 1789. Pour quelle raison le renvoi-t-il ? Le roi explique que Necker fait preuve d'arrogance en ne participant pas à une réunion des états généraux.


Vidéo: OPJ - 1er juillet (Télé Loisirs)

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Necker renvoyé, la révolte engagée

Le tableau est planté. Necker le ministre populaire est renvoyé, les Parisiens sont en colère. Le lendemain du renvoi de Necker, les Parisiens apprennent la nouvelle et sont sous le choc. Ils perdent l'un de leurs principaux alliés proches de la monarchie. Des manifestations en soutien à Necker se répandent dans les rues de Paris obligeant le régiment allemand à intervenir. Résultat : des blessés. Ça ne s'arrange pas le lendemain. Le 13 juillet, des barrières d'octroi (lourdes grilles en fer) sont incendiées, le couvent Saint Lazare est pillé à cause de la rumeur qu'il abritait du grain.

Le lendemain matin, le 14 juillet 1789, Louis XVI s'apprête à disperser par la force les députés qui se sont réunis à Versailles dans le but de réformer le gouvernement de la France et ainsi, introduire plus de justice. Des troupes sont également massées aux abords de Paris pour pénétrer à l'intérieur la ville. Des milliers de personnes toujours en colère s'attroupent pour se diriger en direction de l'hôpital des Invalides pour s'emparer de fusils. Ensuite, direction Bastille, pour récupérer d'autres rendements comme de la poudre et des grains. Les premiers échanges sont pacifiques entre les gardes et les émeutiers. L’échange cordial ne l’est plus. La Bastille est prise d'assaut par des Parisiens. Bilan : Les 7 prisonniers sont libérés, 98 morts et 73 blessés. C'est le début de la Révolution française.

La tête du gouverneur de Launay est fièrement brandie au bout d'un pique et dès le lendemain, les nobles proches du roi prennent le chemin vers l'exil.

Pierre-François Palloy, maître-maçon et entrepreneur de travaux publics, veut démonter la Bastille pierre après pierre. Pendant la nuit du 14 au 15 juillet, il réussit à réunir environ 400 personnes pour accomplir ce que personne ne lui a jamais demandé. C’est le lendemain, le 16 juillet que l’assemblée constituante lui dira : “puisque vous avez pris les choses en main… continuez !”. Palloy se voit alors confier la démolition de la vieille forteresse.

La première Fête nationale du 14 juillet

Un an plus tard, les Français se mettent d'accord pour choisir le premier anniversaire de ce jour pour célébrer le triomphe de la Révolution. Une grande fête est organisée sur le Champ-de-Mars. Environ 260 000 Parisiens sont présents, ainsi que le roi, la reine et les délégués de tous les départements. C'est la Fête de la Fédération. Elle consacre le succès éphémère de la monarchie constitutionnelle et l'union de tous les Français. Malheureusement, la célébration du 14 juillet est laissée de côté au profit d'autres commémorations révolutionnaires. Pour être complètement abandonnée sous la Restauration monarchique (1815-1848).

Il faudra atteindre le 6 juillet 1880, sur proposition de Benjamin Raspail, pour que la Chambre des députés vote une loi : "Article unique - La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle". Et ce sans faire référence à La prise de la Bastille, par prudence.

À l'occasion de la première fête nationale le 14 juillet 1880, le gouvernement prévoit de faire un rituel pour toutes les villes de France, concerts dans les jardins, décoration des rues, des places, feux d'artifices. Bref la fête quoi. Mais c'est à l'hippodrome de Longchamps que la fête est la plus grande. 300 000 spectateurs sont réunis pour assister à une revue militaire et la remise de nouveaux drapeaux à l'armée par le président de la République Jules Grévy. Les années suivantes, la revue militaire se déroule sur les Champs-Élysées.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon