Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ces effets inattendus de la pandémie sur le système immunitaire des enfants

logo de Gentside Gentside 04/05/2021 Elodie Descamps
Image d'illustration d'un enfant accompagnée par sa mère chez le pédiatre. © Fournis par Gentside Image d'illustration d'un enfant accompagnée par sa mère chez le pédiatre.

Si vous n’avez pas été malade depuis le début de la pandémie de Covid-19, c’est que vous profitez (comme d’autres) de l’un de ses rares effets bénéfiques : la diminution de propagation des autres maladies. Plusieurs études ont démontré ces derniers mois, que les autres maladies comme les rhumes ou la grippe ont nettement reculé avec les mesures de restriction sanitaire mises en place par les gouvernements.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Mais si le confinement et les gestes barrières ont (au moins) eu le mérite d'atténuer les contaminations par le cloisonnement de la vie sociale, le manque d’exposition aux bactéries pourrait s’avérer dangereux, selon un article scientifique publié dans la revue états-unienne PNAS. Et notamment pour les plus jeunes.

La maturation du système immunitaire en jeu

Le système immunitaire est un ensemble biologique complexe et évolutif, composé d'éléments de reconnaissance et de défense capables de détecter, différencier, le soi du non-soi. A notre naissance, il est en cours de maturation, il comprend donc une partie innée, héritée à la naissance, et une autre qui se développera au fil du temps et des rencontres bactériennes.

C'est à cette seconde partie que les chercheurs ayant collaboré à la publication se sont intéressés, en s'appuyant sur l'hypothèse hygiéniste. En gros, selon cette théorie, moins les enfants sont exposés aux infections et aux composantes microbiennes, moins leur système immunitaire sera mûr, et s'expose au contraire à une augmentation de la prévalence des maladies allergiques.

"Tous les autres exemples dont nous disposons dans l’histoire indiquent des conséquences inattendues de cette pandémie"

Les auteurs de l'étude suggèrent ainsi que puisque la petite enfance constitue la période la plus importante pour confronter son corps aux bactéries, la baisse de l'exposition aux dites bactéries depuis le début de la crise sanitaire, entraînerait une diminution de la maturation de leur système immunitaire et avec elle, une augmentation des allergies, des maladies auto-immunes et des maladies inflammatoires. "Tous les autres exemples dont nous disposons dans l’histoire indiquent des conséquences inattendues de cette pandémie", a indiqué le microbiologiste Brett Finlay.

Obésité, asthme, allergies : des enfants plus fragiles ?

Co-auteur de la publication, le microbiologiste estime que les enfants auront ainsi plus de risque de développer de l'obésité, de l'asthme ou des allergies dans les années à venir. Il rappelle d'ailleurs que les enfants nés par césarienne auraient 30% de risques supplémentaires de devenir obèse ou asthmatique, pour ne pas avoir eu de contact avec les microbes vaginaux.

Dans le cas de la pandémie de coronavirus, trois scénarios se dégageraient pour les enfants : celui d'une perte microbienne néfaste. Deuxième scénario possible : développer certaines maladies hors-saison ou enfin développer certaines maladies trop tard. Mais quelqu'en soit le scénario gagnant, les plus jeunes d’entre nous ont vu leur développement immunologique compromis pendant plus d'un an. Et plus il est immature, plus il sera susceptible d’être déréglé.

Malheureusement, il faudra un recul de plusieurs années pour vérifier ces hypothèses, même si comme la rappellerait le scientifique des exemples dans l'histoire nous donnent déjà des indices sur l'avenir. Reste qu'il est difficile aujourd'hui de prévoir avec exactitude l'ensemble des conséquences inattendues que la pandémie entraînera. Les adultes n'en seraient d'ailleurs pas épargnés, d'après les chercheurs. L'utilisation excessive du gel hydroalcoolique par exemple, pourrait nous priver "de bons microbes". Et les personnes âgées, très isolées de leurs proches depuis le début de la crise sanitaire, pourraient également à terme voir leur système immunitaire fragilisé.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon