Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Cet animal, disparu en France depuis 1836, vient de faire sa réapparition

logo de Gentside Gentside 15/08/2022 Loïc Durand
Ossau © Fournis par Gentside Ossau

Tous les étés, c'est la même rengaine : impossible de déjeuner dehors chez soi ou en vacances sans être embêtés par des mouches, ou même par des guêpes. Mais aujourd'hui, si on parle de mouches, c'est pour une autre raison, bien différente. En effet, une espèce de mouches, considérée comme éteinte en France depuis 1836, vient d'être de nouveau observée, dans les Pyrénées.

Une découverte faite au hasard

Cette mouche redécouverte se nomme Thyreophora cynophila ou plutôt mouche gypaète. C'est un garde-moniteur du parc national des Pyrénées qui a fait cette découverte alors qu'il était en pleine "surveillance de veille sanitaire en vallée d'Ossau", comme l'indique France 3. Alors qu'il était à 1700 mètres d'altitude, l'homme a découvert une carcasse de sanglier enfouie sous la neige. Et dessus, en s'approchant, il y a vu cette mouche à la tête orange. Une caractéristique qui a permis à l'expert d'immédiatement faire le rapprochement : il venait de redécouvrir une mouche gypaète.


Vidéo: Canicule : faut-il mouiller son chien ou son chat quand il fait très chaud ? (Dailymotion)

Relire la vidéo

Cette découverte a été faite en février dernier mais n'a été rendue public que le 12 août 2022. Déjà aperçue en Espagne, le mouche gypaète est donc présente en France, nous en avons la preuve. "Extrêmement rares, les observations sont d’autant plus importantes pour la connaissance de l’espèce", a d'ailleurs noté le Parc national des Pyrénées, sur Facebook.

Si vous la voyez...

Cette publication, ci-dessous, nous permet d'en apprendre plus sur la mouche gypaète, qui se nomme ainsi en référence au gypaète barbu, le plus grand rapace d'Europe, que l'on trouve dans les Pyrénées et qui a également la tête orangée. "La mouche gypaète est surtout active l’hiver, le froid ne semblant pas déranger ses larves qui se nourrissent sur les carcasses en décomposition dans la neige…", peut-on ainsi savoir. L'organisme ajoute que si vous en voyez une, il est important de la photographier, de la localiser et de transmettre ces informations. À bon entendeur !

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon