Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

De nouvelles et mystérieuses formes de vie découvertes dans les eaux hostiles de l'Antarctique

logo de Gentside Gentside 16/02/2021 Mathilde Ragot
Image d'illustration - Des pans de glace dans la mer de Weddell. © Fournis par Gentside Image d'illustration - Des pans de glace dans la mer de Weddell.

Après avoir passé des heures à pelleter la neige sur la barrière de Filchner-Ronne (plateforme dans la mer de Weddell), des géologues sont parvenus à forer un trou de 900 mètres dans la glace de l'Antarctique. L’objectif ? Prélever des échantillons de sédiments au fond de l’océan pour le compte de la British Antarctic Survey. Mais ce qu’ont découvert les scientifiques a finalement été bien plus surprenant : au lieu de heurter de la boue, ils sont tombés sur un rocher couvert de plusieurs formes de vie jusqu’alors inconnues.

De nouvelles et mystérieuses formes de vie découvertes dans les eaux hostiles de l'Antarctique
VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Une vie "résiliente et robuste"

Relire la vidéo

En effet, alors qu’ils faisaient leur bout de chemin vers les sédiments, leur caméra a capturé une communauté d'éponges et de créatures filtrantes jamais observées auparavant accrochées à la pierre. Certaines avaient des corps trapus et ronds, d’autres étaient de fines tiges qui s’étiraient dans l’eau environnante. Des êtres vivants décrits dans la revue Frontiers in Marine Science le 15 février 2021. évoluant dans un environnement particulièrement hostile, aux températures extrêmement basses et dans le noir complet.

Huw Griffiths, biogéographe marin du British Antarctic Survey (Royaume-Uni) qui a pu étudier les images et participer aux recherches, explique ainsi à LiveScience :

C'est un endroit où, essentiellement, nous ne nous attendions pas du tout à ce que ce genre de communauté vive. Cela nous montre que la vie est plus résiliente et plus robuste que nous n'aurions jamais pu espérer, si elle peut supporter ces conditions.

Le mystère reste entier... pour le moment

Si d'autres animaux mobiles (poissons, arthropodes) avaient déjà été révélés sous la glace de l’Antarctique, c’est la première fois que des animaux stationnaires et sessiles (fixées à un support, comme les éponges, coraux) sont observés dans ces eaux glaciales et noires. Et pour cause, ces derniers se nourrissent de phytoplanctons, des algues marines microscopiques... qui dépendent du soleil pour la photosynthèse. Difficile alors d’imaginer que ces créatures poussent où peu de nourriture est susceptible de les atteindre.

Mais voilà, malgré ces conditions défavorables — et des courants océaniques qui ne semblent pas non plus optimaux pour leur apporter le phytoplancton — plusieurs espèces stationnaires filtrantes sont bel et bien apparues sur ce rocher. Cela soulève une multitude de questions. Malheureusement, tout ce que savent les scientifiques sur ces êtres mystérieux provient de moins d’une minute de séquences vidéo. Les étudier davantage, à 260 kilomètres des navires où se trouvent les laboratoires, représente un défi considérable.

Combien d'autres roches pourraient donc aussi accueillir la vie sous les 1,5 million de kilomètres carrés de plateformes de glace ? Pour le moment, en ce qui concerne les fonds marins, seul l'équivalent d'un court de tennis aurait été photographié, selon Huw Griffiths

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon