Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les preuves d'un affrontement entre un requin et un calmar géant

logo de Gentside Gentside 12/04/2021 Anthony Detrier
Les preuves d'un affrontement entre un requin et un calmar géant © Fournis par Gentside Les preuves d'un affrontement entre un requin et un calmar géant

Les faits se seraient déroulés dans l'Océan Pacifique, près d'Hawaï. Un calmar géant et un requin auraient eu une vive altercation, qui aurait laissé des grosses cicatrices à ce dernier.

Un requin avec d'étranges blessures

C'est le photographe Deron Verbeck qui a immortalisé les blessures d'un longimane de plus de deux mètres de long en 2019. Il remarque au large de l'île hawaïenne de Kona, un requin présentant une ligne de points blancs sur son flanc. Il n'hésite pas une seconde et capture l'image à l'aide de son appareil.

Plus tard, en regardant ses clichés sur son ordinateur, il se rend compte que les points blancs sont en réalité des grosses cicatrices de succion. Impatient de partager cette découverte, il publie le cliché sur Facebook. Immédiatement, il est contacté par Yannis Papastamatiou un écologiste des requins à l'université internationale de Floride à Miami.

Une découverte incroyable

Ces clichés ouvrent la voie à d'autres découvertes. En effet, cela démontre que les requins chassent plus en profondeur que ce que les scientifiques pensaient. Cette information permet aux chercheurs de conseiller les législateurs sur les zones de l'océan à protéger. En effet, les longimanes sont une espèces en passe de disparaître, notamment à cause de la pêche commerciale. Les scientifiques ont récemment publié leur étude dans le Journal of Fish Biology.

Cette photographie met en lumière une autre théorie des scientifiques : les requins chasseraient les calmars géants dans les abysses. En effet, pour les chercheurs, le calmar a du se défendre, et non attaquer : " Il est plus probable que ce calmar se soit défendu après avoir été attaqué par le requin", explique Heather Bracken-Grissom, co-auteure de l'étude.

Des tentacules de près de 8 mètres

"De plus, ajoute-t-elle, en se basant sur les cicatrices infligées au requin par les ventouses du calmar, son corps devait mesurer un mètre de long au moins, et ses tentacules près de 8 mètres. Les points blancs ont probablement été laissés par les petites ventouses situées à l'extrémité des tentacules." Une chose est sûre, l'océan n'a pas encore livré tous ses secrets.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon