Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Syndrome du bébé secoué : que se passe-t-il dans le crâne de l'enfant ?

logo de Gentside Gentside 17/01/2022 Ghislain de Haut de Sigy

Lorsque l'on parle de mort chez un nourrisson, on pense à la mort subite du nourrisson qui concerne 400 décès par an, en France. Mais saviez-vous qu'une autre cause est plus grande encore ? Le syndrome du bébé secoué (SBS), est responsable, selon certaines sources, de 500 décès par an.

Le syndrome du bébé secoué, c'est quoi ?

Aussi appelé "traumatisme crânien non accidentel" (TCNA), le syndrome du bébé secoué est, selon le ministère des solidarités et de la santé :

lorsqu'un bébé ou un jeune enfant est violemment secoué par un adulte. Ces secousses, toujours extrêmement violentes, sont produites le plus souvent lors de la saisie du bébé sous les aisselles ou par le thorax.
Campagne Janvier 2022 : syndrome du bébé secoué Ministère des solidarités et de la santé © Fournis par Gentside Campagne Janvier 2022 : syndrome du bébé secoué Ministère des solidarités et de la santé

La campagne 2022 du bébé secoué

Un nourrisson qui pleure, un père qui s'énerve, qui craque, puis le silence. Le plan séquence reste sur le baby-phone dont les voyants lumineux se taisent. Voilà ce que raconte la campagne vidéo débutée ce 17 janvier 2022.

Parce que chaque jour en France, un enfant est victime de cette maltraitance (on dénombrerait 500 cas chaque année pour être exact), parce qu'une victime sur 10 va en mourir, parce que les trois-quart qui vont en survivre vont garder des séquelles graves, le gouvernement a lancé cette campagne illustrée par un spot télévisé et une campagne d'affichage.

Cette initiative est accompagnée de témoignages de parents et d'experts qui préviennent et expliquent les mécanismes neurologiques conséquents.

Parce qu'un acte de quelques secondes peut avoir des conséquences irréversibles sur le cerveau de l'enfant, cette campagne vise à alerter les parents que secouer son bébé est une maltraitance et qu'elle peut être un infanticide.

Dans quel contexte un bébé est-il secoué ?

C'est en général entre 4 et 8 mois qu'un bébé est secoué. C'est le moment dans la vie du bébé où les pleurs sont les plus répétés, voulant traduire un malaise (un problème gastrique, un mal de dent, un malaise quelconque). Souvent seuls, le parent ou la personne en charge se sent dépassé.e, ne comprend pas les pleurs. Nerveusement à bout, l'adulte va secouer l'enfant.

Face à ces pleurs, la réaction de l'adulte en charge qui sent son désarroi serait de poser l'enfant dans son lit, sur le dos et sortir de la pièce. Et ensuite d'appeler un proche pour lui dire "qu'il/elle n'en peut plus".

Que se passe-t-il dans la tête d'un bébé secoué ?

Les lésions principales d'un bébé secoué sont crâniennes. Lorsqu'un bébé est secoué, sa tête balance d'avant en arrière. Son cerveau tape à l'intérieur de la boite crânienne. Des veines s'arrachent et vont former un hématome sous-dural. Cela veut dire que le sang va couler dans le cerveau. Le cerveau va être maculé de sang et l'hématome va comprimer le cerveau, entrainant de graves conséquences neurologiques.

Les conséquences du syndrome du bébé secoué

Comme évoqué ci-dessus, les conséquences sont lourdes. Contrairement à une idée reçues, le bébé, et son développement très actif dans les premiers mois de sa vie, ne peut pas réparer les lésions causées par le "bébé secoué".

Les conséquences sont la mort pour un enfant sur dix.

Les 3/4 des victimes survivantes développent des retards au développement (moteur, langage), handicap, déficiences sensorielles (visuelles notamment) et intellectuelles.

Il est à noter également des troubles du comportement et de l'attention dans les séquelles d'une telle pratique.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Gentside

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon