Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Immobilier dans les Yvelines : Poissy, la ville de tous les chantiers

logo de Le ParisienLe Parisien 21/07/2020 Yves Fossey
Poissy. Plusieurs centaines de logements vont être construites sur les terrains de l’ancien centre culturel et sportif de PSA. © LP/Yves Fossey. Poissy. Plusieurs centaines de logements vont être construites sur les terrains de l’ancien centre culturel et sportif de PSA.

Poissy, ville populaire de 37 000 habitants, s'embourgeoise-t-elle? La commune se transforme et séduit toujours plus en raison de son attractivité. De nouveaux immeubles sortent de terre dans tous les quartiers. Si plusieurs ensembles immobiliers sont déjà sortis de terre et ont été livrés, d'autres vont encore être réalisés au cours des prochaines années. Le cumul représente près de 4 000 logements dont une grande partie en accession à la propriété.

Ce mercredi, Karl Olive, le maire (DVD) de Poissy, va recevoir une Marianne d'or pour son projet d'écoquartier qui doit voir le jour le long des voies ferrées, dans le prolongement du pôle du groupe PSA. Voici deux ans, c'est le trophée des bâtisseurs qui lui avait été décerné. « A Poissy, le prix du mètre carré a fait un bond de plus de 15 % en six ans. Le prix moyen avoisine aujourd'hui 4 500 €, précise l'élu. Nous construisons beaucoup car la demande est forte, mais nous densifions intelligemment. »

Des nouveaux bâtiments ont été élevés dans tous les quartiers, de la cité de la Coudraie à la Bruyère en passant par Beauregard et le centre-ville, soit un total de près de 1 500 logements.

« Poissy figure parmi les villes qui construisent le plus », selon la fédération du bâtiment

La ville a accueilli récemment des nouveaux habitants mais aussi plus de 3 000 salariés de PSA qui ont rejoint les différents sites du groupe, implantés sur la commune. « Poissy figure parmi les villes qui construisent le plus avec le secteur de Mantes et celui de Chanteloup-les-Vignes, confirme Bernard Attal, porte-parole de la fédération française du bâtiment des Yvelines (FFB 78). D'une manière générale, de nombreux logements sont réalisés dans la vallée de la Seine et certaines communes de l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. A l'inverse, un endormissement est constaté sur Versailles et Saint-Germain-en-Laye. »

Selon les agences immobilières, la ville de Poissy bénéficie de nombreux atouts qui séduisent les personnes à la recherche d'un logement. « Il y a le RER qui permet de rejoindre le quartier d'affaires de la Défense en un quart d'heure et Paris en 20 minutes, indique l'une d'elles. Dans quelques années, il y aura Eole et le Tramway ». Côté routes, la localité est desservie par les autoroutes A 13 et A 14.

Les prix de vente oscillent de 110 000 à 370 000 € dans le futur ensemble construit sur le site de PSA

Le nouvel ensemble immobilier réalisé sur les anciens terrains du groupe PSA devrait être livré à l’horizon 2022. DR. © Fournis par Le Parisien Le nouvel ensemble immobilier réalisé sur les anciens terrains du groupe PSA devrait être livré à l’horizon 2022. DR.

Pour répondre à la demande toujours plus forte, un chantier vient d'être lancé sur les 4,5 hectares du centre Maurice-Clerc, l'ancien pôle culturel et sportif du groupe PSA, à proximité du quartier de la Coudraie. Le projet d'urbanisation comprend entre autres 450 logements et une résidence intergénérationnelle de 120 logements en accession à la propriété. Les premières livraisons devraient avoir lieu en 2022. Les prix de vente, selon la superficie, oscillent de 110 000 à 370 000 €.

Dans un autre secteur, c'est le futur quartier Rouget-de-Lisle labellisé écoquartier et composé, à terme, de 2 000 logements, qui est en cours d'aménagement. Créé sur 10 hectares d'anciennes friches industrielles le long des voies ferrées, il comprend également des commerces, des bureaux et une école. L'endroit est à quelques minutes de la gare RER. Une première tranche de 460 logements a déjà été livrée.

Désormais, des démarches sont engagées pour réaliser une seconde tranche dont les premiers coups de pioches sont prévus en 2021. « Il y aura un poumon vert d'un peu plus d'un hectare et les habitants bénéficieront de jardins partagés mais aussi de terrasses partagées, détaille Karl Olive. La collecte des déchets se fera par un système en pneumatique, les habitants déposeront leurs déchets dans des bouches d'aspiration avant d'être stockés dans un endroit spécifique. Ainsi, aucun véhicule ne circulera au milieu des bâtiments ». La livraison de cet ensemble est espérée à l'horizon 2023.

Pour un agent immobilier, « le statut de ville ouvrière s’estompe pour céder la place à des cadres »

Le changement d’image de Poissy est confirmé par les professionnels de la vente immobilière. « Il fait bon vivre à Poissy, souligne Jean-Baptiste Dufaÿs, de l’agence Saint-Louis Immobilier. Il y a la proximité de la forêt, un centre-ville doté de commerces, des services et des moyens de transport… » Les chiffres sont frappants : « 70 à 80 % des nouveaux habitants viennent de Paris et de la petite couronne, précise l’agent. Petit à petit, le statut de ville ouvrière s’estompe pour céder la place à des cadres ». La ville séduit aussi un nouveau public en raison des nombreuses animations dans les domaines du sport, de la culture et du développement touristique, avec le musée du jouet et la villa Savoye de Le Corbusier.

Plusieurs événements marquants ont également permis à la localité d’accroître sa notoriété. L’arrivée de personnel supplémentaire au sein du pôle de PSA mais aussi du futur centre d’entraînement du PSG dopent sa réputation. Selon l’agent immobilier, la personnalité de Karl Olive, le maire (DVD) de la commune, n’est pas, non plus, étrangère à cette évolution. « La politique de communication du maire renforce la cote de la ville. Il est souvent invité sur les plateaux télés et, de fait, les gens qui le voient cherchent à connaître la commune… »

Et le constat s’est encore accentué ces dernières semaines en raison de la crise sanitaire. « Comme de nombreuses personnes ont envie de s’éloigner de Paris et des grandes zones urbaines pour respirer, la demande a explosé, indique Jean-Baptiste Dufaÿs. D’ailleurs, nous avons embauché deux employés supplémentaires pour faire les visites et gérer les transactions : nous sommes aujourd’hui 14 contre 12 auparavant. »

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon