Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Marine Le Pen demande à Edouard Philippe d'organiser "un grand référendum" sur l'immigration

logo de BFMTV BFMTV 07/10/2019 Clément Boutin

Marine Le Pen a affirmé que la France "vit une véritable submersion", ce lundi soir, en marge des débats sur l'immigration à l'Assemblée nationale.

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale ce lundi. © BFMTV Marine Le Pen à l'Assemblée nationale ce lundi.

"Ayez le courage d'organiser un grand référendum". C'est la demande que Marine Le Pen a faite, ce lundi soir, au Premier ministre, lors de l'ouverture du débat sur l'immigration organisé à l'Assemblée nationale. 

Au cours de ce premier tour de discussions, et avant un deuxième tour au Sénat mercredi, Edouard Philippe a souligné que le gouvernement n'avait "pas atteint tous [ses] objectifs" en matière migratoire, soulignant l'augmentation de 22% entre 2017 et 2018 du nombre de demandes d'asile. "Le système français d'asile est aujourd'hui saturé", a-t-il déploré, estimant que l'idée de "quotas" n'était pas "taboue".

"Il n'est pas sérieux d'organiser sur un sujet aussi important que l'immigration un mini-débat de quatre heures où on n'aura pas de vote, où on ne demandera pas une nouvelle fois l'avis des Français sur ce sujet", a commenté la présidente du Rassemblement national, sur notre antenne, peu après son intervention au cours dans l'hémicycle. 

"Notre pays vit une véritable submersion"

Au Palais Bourbon, Marine Le Pen a assuré que la France "vit une véritable submersion" avec "un flux ininterrompu qui déferle sur nos villes, sur nos bourgs et maintenant, avec votre politique publique irresponsable d’implantation rurale des migrants, jusqu’au moindre village". 

"L’histoire retiendra qu’en ce début du XXe vous avez réinstauré, avec vos ONG complices des passeurs, partant des rives de la Méditerranée, une nouvelle traite d’êtres humains avec ses tragédies et ses déracinements. Vous avez aussi exposé les pays européens à une déstabilisation démographique culturelle et même politico-religieuse", a-t-elle lancé.

La présidente du Rassemblement national a utilisé des mots et images déjà employés à de nombreuses reprises, notamment lors de la crise de "l'Aquarius", en juin 2018, quand un navire de sauvetage de migrants affrété par l'ONG SOS Méditerranée était resté coincé plusieurs jours en mer. Sa prise de parole surfe aussi avec la théorie contestée du "grand remplacement", initiée par Renaud Camus, qui dénonce une prétendue substitution des populations blanches européennes et chrétiennes par des immigrés de couleur, majoritairement musulmans.

Marine Le Pen a, par ailleurs, conclu n'avoir "aucune confiance" en Edouard Philippe et Christophe Castaner "pour régler le dramatique problème de l'immigration qui fait tant souffrir nos compatriotes".

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon