Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Rapport RSF: "Mélenchon, a repris à son compte la rhétorique anti-média par opportunisme politique"

logo de RMC RMC 09/05/2018 Bourdin Direct (avec C.P.)

"Leur vision du journalisme menacent les démocraties". Dans son rapport annuel, Reporters sans frontières révèle un climat de haine à l'encontre des journalistes de plus en plus développé notamment en Europe et aux Etats-Unis. Alors que l’Europe est de loin le continent où la liberté de la presse est la mieux garantie, ce modèle européen semble s’affaiblir.

Selon le rapport, quatre des plus grandes baisses du classement se trouvent en Europe. En France, RSF s’inquiète notamment du dénigrement systématique de la profession par certains leaders politiques notamment, de nombreux dirigeants de La France Insoumise.

Cette critique est le propre de l’imaginaire anti-système. Pourtant à l’origine issue de l’extrême droite, cette pensée atteint peu à peu le débat public et une partie de la gauche comme Jean-Luc Mélenchon pour qui, "le parti médiatique inocule de la drogue dans les cerveaux".

Rapport RSF: "Mélenchon, a repris à son compte la rhétorique anti-média par opportunisme politique" © RMC Rapport RSF: "Mélenchon, a repris à son compte la rhétorique anti-média par opportunisme politique"

"Les journalistes sont vus comme les agents du système"

Pour Marie Peltier, historienne et auteure de "L’ère du complotisme", les partis politiques qui usent de cette rhétorique ne font que surfer sur un phénomène "populaire".

"Il y a un climat de défiance qui est à son paroxysme. Pas seulement du fait de La France Insoumise mais du fait d’un climat plutôt généralisé. (…) Jean-Luc Mélenchon a repris à son compte la rhétorique anti-média par opportunisme politique parce qu’il sait que c’est quelque chose qui a le vent en poupe. C’est un phénomène et un climat qui existe. L’idée que les médias nous mentent est assez répandue".

Pour l'historienne, ce climat de défiance ancre encore davantage la théorie du complot dans la société française et les mentalités. "Les journalistes sont vus comme les agents du système, les représentants des élites, comme s’ils défendaient les intérêts des élites".

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon