Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sommeil : vous dormez plus mais êtes toujours plus fatigué.e depuis le confinement ? Voici pourquoi

logo de Version Femina Version Femina 18/04/2020 C.L

Fatigué de ne rien faire ? On a beau être à la maison toute la journée depuis le confinement, on manque d’énergie. Pourtant, nous dormons peut-être plus qu’en temps normal… Mais nous voilà encore et toujours plus fatigués. Un phénomène qui s’explique par plusieurs paramètres.

La fatigue et le sommeil durant le confinement alors qu'on dort plus. © iStock La fatigue et le sommeil durant le confinement alors qu'on dort plus.

Le confinement a totalement chamboulé nos routines et emplois du temps. Pour une grande majorité de la population, le travail se fait désormais à la maison, si ce n’est tout simplement un chômage total ou partiel. Plus besoin de prendre les transports ni de mettre le réveil aux aurores. La journée est ponctuée par les devoirs des enfants, des réunions en visioconférence ou des occupations diverses pour passer le temps. Bizarrement, bien que notre rythme soit au ralenti, la fatigue, elle, est toujours présente, voire plus intense.

Pourtant le réveil matinal peut être plus tardif, nous ne sommes plus soumis aux longs trajets et le sommeil est rattrapé avec les siestes avec des enfants. Alors même que nous dormons plus et plus longtemps, nous sommes encore fatigués. Cela s’explique par plusieurs paramètres. En premier lieu, la période anxiogène peut entraîner une baisse de qualité du sommeil. L’esprit rumine et se laisse entraîner par des inquiétudes, du stress explique à Glamour UK Kat Lederle, spécialiste du sommeil.

Une énergie moindre

Une autre cause à notre fatigue résulte indéniablement du manque d’activité en extérieur. Les déplacements sont réduits et tout le monde n’a pas la chance de posséder un balcon ou un jardin. Résultat ? Un manque de soleil et de vitamine D, et qui plus est corrélé à la sortie de l’hiver. Cette lumière naturelle est essentielle pour régler notre horloge biologique. Elle a une incidence tant sur notre sommeil que notre humeur mais aussi notre énergie.

« Cependant être à l’intérieur toute la journée signifie que notre horloge biologique doit deviner l’heure qu’il est, elle aura donc du mal à envoyer son signal de sommeil au bon moment et nous finissons par nous coucher de plus en plus tard » indique l’experte.

Par ailleurs, le manque d’activité physique joue aussi son rôle. Le corps sécrète moins d’endorphine, l’hormone du bonheur délivrée à la suite d’un effort. Cela entraîne là aussi une baisse de l’humeur ou de l’énergie. Cette fatigue peut également s’expliquer par les changements d’alimentation. Moins de fruits et de légumes, de produits frais, de poisson… Autant d’aliments qui contiennent des vitamines et de minéraux essentiels à notre forme. Sans compter que le télétravail ou les longues journées à la maison peuvent entraîner des fringales, des grignotages ou des prises de café plus fréquentes… Puisque la cuisine est à proximité. Ces nouvelles habitudes alimentaires ont des conséquences car cela « envoie à votre corps des montagnes russes de sucre dans le sang et cela se traduit par des chutes d’énergie » indique à Glamour UK Sophie Pelling, spécialiste en nutrition.

● Donner son sang : où donner ?

● Soutenir l'action du Secours populaire en cliquant ici.

● Faire un don pour soutenir les soignants et les chercheurs en cliquant ici.


Publicité
Publicité

Plus d'infos : Version Femina

Version Femina
Version Femina
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon