Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ligue des nations. L’Italie bute sur une solide Pologne

logo de Ouest-France Ouest-France 11/10/2020
Marco Verratti et l’Italie ont buté sur la Pologne. © EPA/MAXPPP Marco Verratti et l’Italie ont buté sur la Pologne.

L’Italie, dominatrice, a buté sur une solide Pologne (0-0) dimanche à Gdansk lors de la 3e journée de la Ligue des nations.

Pas de but entre l’Italie et la Pologne lors de la 3e journée de Ligue des Nations. Si elle peut regretter les deux points abandonnés en Pologne, la formation de Roberto Mancini étend à 18 matches sans défaite sa série d’invincibilité depuis septembre 2018 (14 victoires, 4 nuls). Avec cinq points, l’Italie est en tête du groupe 1 de la Ligue des nations avant de recevoir les Pays-Bas (4 pts) mercredi à Bergame. La Pologne, après ce nul arraché avec le soutien des quelques milliers de supporteurs admis dans le stade de Gdansk, compte aussi 4 points avant de recevoir la Bosnie-Herzégovine.

LIRE AUSSI. Ligue des nations. Défenses solides, attaques stériles : la France et le Portugal dos à dos

Après l’équipe bis victorieuse en amical de la Moldavie (6-0) mercredi, la Nazionale avait retrouvé un visage plus habituel avec notamment son solide milieu Barella-Jorginho-Verratti, qui a impulsé le rythme au match. Une domination réelle sur le jeu, un ballon largement contrôlé, mais au final peu d’occasions très nettes. Chiesa, le nouvel attaquant de la Juventus, très actif sur le flanc droit, aurait pu simplifier la soirée italienne s’il n’avait pas raté aux six mètres ce qui fut sans doute la plus grosse opportunité pour les Azzurri (11e). Belotti, préféré à Immobile en pointe, a lui écrasé sa frappe (23e). En seconde période, Emerson, de la tête, a frôlé le cadre (62e).

Les latéraux Emerson et Florenzi sont beaucoup montés pour épauler leurs attaquants et Mancini a tenté d’apporter du sang frais en fin de match avec le nouveau Parisien Kean et les offensifs de Sassuolo Caputo et Berardi. En vain, malgré une grosse pression finale des Italiens.

La Pologne aurait pu en profiter en contre mais la frappe de Linetty a échoué dans le petit filet (89e).

Lewandowski, principal danger polonais, a lui bien été muselé et le gardien italien Donnarumma vigilant sur une tête de Jozwiak captée sans problème (30e) et une tentative lointaine de Moder, l’un des meilleurs Polonais (52e).

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon