Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Ajax: "Après le Real et la Juventus, tu n'as plus peur d'aucune équipe" (André Onana à l'AFP)

logo de AFPAFP 28/04/2019 Par Yassine KHIRI
Le gardien de l'Ajax Amsterdam André Onana pose lors d'un interview au centre d'entraînement du club néerlandais, le 26 avril 2019 à Amsterdam © Fournis par AFP Le gardien de l'Ajax Amsterdam André Onana pose lors d'un interview au centre d'entraînement du club néerlandais, le 26 avril 2019 à Amsterdam

"Après avoir battu le Real Madrid et la Juventus Turin, tu n'as plus peur d'aucune équipe", confie à l'AFP André Onana, le gardien et artisan de l'épopée européenne de l'Ajax Amsterdam, avant la demi-finale de Ligue des champions contre Tottenham mardi (21h00).

Si le portier camerounais de 23 ans refuse de comparer son équipe à celle de la génération 1995, année du dernier sacre européen de l'Ajax, il rêve de faire mieux: décrocher un triplé Ligue des champions-Coupe-Championnat,"quelque chose de magnifique"... qui n'a plus été réalisé depuis 1972 et l'époque Johan Cruyff.

QUESTION: Imaginiez-vous un tel parcours en commençant la saison en juillet dernier par le 2e tour préliminaire ?

REPONSE: "Pour être honnête, non ! C'est ma première saison en Ligue des champions, et quand nous nous sommes qualifiés pour la phase de groupes, c'était déjà : +Waouw+. On s'était dit : +On a six matches, on verra si on peut accrocher la Ligue Europa (rires) !+ Avec le temps et les résultats, on a cru en nous et on continue d'y croire. Mais rien n'est fait pour le moment, on a deux confrontations difficiles contre Tottenham. Nous devons bien nous préparer et démontrer que nous sommes à la hauteur."

Q: La planète foot est sous le charme. Comment recevez-vous tous ces compliments ?

R: "Pour nous, c'est quelque chose de normal. Vous savez, c'est la philosophie du club et c'est important pour nous d'y rester fidèle. A savoir contrôler le jeu, avoir la possession, ou bien gérer les transitions. C'est clair que les spectateurs prennent du plaisir en nous regardant, nous aussi en jouant ainsi (sourire)."

Q: Vous avez corrigé le Real Madrid, triple tenant du titre, en huitièmes, puis la Juventus Turin de Cristiano Ronaldo. Au-delà de cette "philosophie", quel est votre secret ?

R: "(Eclats de rire) Avec un peu de chance, vous pouvez réaliser presque l'impossible ! Il faut quand même souligner le travail de ce merveilleux collectif. Aujourd'hui, nous sommes en train d'en récolter les fruits. Il ne faut pas oublier que cette équipe a joué la finale de Ligue Europa deux ans plus tôt. Je viens de la réserve comme pas mal de joueurs, Frenkie (de Jong), Matthijs (de Ligt)... On se connaît, on prend du plaisir. C'est beau ! On a joué dans des stades de 3.000 personnes, aujourd'hui on se retrouve dans des stades de 90.000 (...). Le foot reste un monde inexplicable..."

Q: Outre le vécu commun, il y a aussi l'apport individuel de vos "cracks" comme Dusan Tadic ou David Neres...

R: "Mais pour moi c'est normal, on vit ça tous les jours aux entraînements ! Avant le coup d'envoi, j'ai l'habitude de dire aux gars : +Showtime !+ On a aussi quelque chose qui joue en notre faveur: nous n'avons pas de pression, nous n'avons rien à perdre."

Q: Vous êtes tellement relax qu'avant le 8es de finale retour à Madrid (4-1), vous auriez fait une promenade incognito en ville. C'est vrai ?

R: "(Rires) Certains ont même fait du shopping ! Mais à la fin, on n'a pas peur de jouer, d'aller chercher l'adversaire, que cela soit à domicile ou à l'extérieur. Jouer contre ces très grandes équipes, c'est difficile car ils ont de très bons joueurs. Mais on sait que si l'on reste fidèle à notre philosophie, si l'on prend du plaisir, l'adversaire va reculer car ces grands joueurs n'aiment pas courir derrière le ballon."

Q: Tottenham a éliminé Manchester City, une équipe pratiquant un style de jeu similaire au vôtre. Cela vous inquiète ?

R: "Oui mais après avoir battu le Real Madrid et la Juventus, tu n'as plus peur d'aucune équipe (sourire). Il faut respecter l'adversaire, c'est une très bonne équipe. Ils ont de très bons joueurs, surtout en contre où ils peuvent nous créer des problèmes. C'est à nous de gérer ces situations."

Q: La dernière fois que l'Ajax a remporté la C1, c'était en 1995 avec une équipe de jeunes, qui vous ressemble beaucoup. Que vous inspire cette comparaison ?

R: "On me dit ça tout le temps ! Mais la majorité de notre équipe n'était pas née en 1995 donc je ne peux pas parler d'une équipe que je n'ai pas vu jouer (sourire). Vous savez l'Histoire, c'est pour les historiens ! Aujourd'hui, le foot a changé... Avec tout le respect des victoires qu'ils ont apportées au club, pour nous c'est important de se concentrer sur nos cinq dernières finales."

Q: Outre la Ligue des champions, vous pouvez remporter le championnat et la Coupe des Pays-Bas, un triplé historique qui n'a plus été réalisé depuis 1972...

R: "C'est clair que c'est l'objectif ! Non pas pour atteindre ce +record+ mais pour nous, car après cette saison, il y aura beaucoup de joueurs qui partiront. C'est important pour nous de faire quelque chose de grand. Si cela signifie réaliser le triplé, ce sera quelque chose de tout simplement magnifique !"

Propos recueillis par Yassine KHIRI.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon