Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Coupe de France : Viry-Châtillon, club de R1, sort Angers !

logo de Football 365 Football 365 05/01/2019 Rédaction

Tombé en Régionale 1 en raison de soucis financiers, Viry-Châtillon a créé la première grosse surprise des 32emes de finale de la Coupe de France en éliminant Angers ce samedi (1-0). Finaliste de la dernière édition, Les Herbiers se sont qualifiés sur la pelouse de Tours (1-2).

Jeff Reine-Adélaïde © Panoramic Jeff Reine-Adélaïde

Tombé en Régionale 1 en raison de soucis financiers, Viry-Châtillon a créé la première grosse surprise des 32emes de finale de la Coupe de France en éliminant Angers ce samedi (1-0). Finaliste de la dernière édition, Les Herbiers se sont qualifiés sur la pelouse de Tours (1-2).

Déjà une sensation dans ces 32emes de finale de la Coupe de France. 5eme de sa poule de Régionale 1, soit l’équivalent de la 6eme division française, l’ES Viry-Châtillon a éliminé Angers ce samedi (1-0). Mahamadou Sacko a inscrit l’unique but de la rencontre suite à un cafouillage sur coup-franc (51eme). Une équipe de ce niveau qui sort un pensionnaire de L1, c’est du jamais-vu depuis les années 80, quand l’US Sanary-sur-Mer et Evry, un autre club de l’Essonne, avaient sorti respectivement Montpellier en 1982 et Toulon en 1986. C’est dire l’ampleur de l’exploit réalisé par les hommes de Walid Aïchour.

Angers tombé dans un sacré traquenard

Dans un stade Henri-Longuet finalement mieux rempli que craint par les organisateurs, ils ont réussi là où ils avaient échoué contre Bastia en 2008 ou Lyon en 2005, à savoir faire tomber une formation de l’élite. Le SCO est tombé dans un sacré traquenard dans la banlieue sud de Paris, sur une pelouse extrêmement bosselé qui a sérieusement compliqué les transmissions et la maîtrise du ballon. Ça n’a pas empêché les Angevins de se créer une foule d’occasions en première période. Mais ils ont buté soit sur un Vincent Da Silva en état de grâce dans le but de Viry (10eme, 11eme, 19eme, 26eme, 34eme), soit une défense francilienne héroïque (35eme). Et quand ce n’était pas ça, Bahoken s’est fait tromper par un rebond capricieux au moment de pousser le ballon au fond du but, alors que le plus dur était fait (38eme). 

© Fournis par Media 365

Viry-Châtillon en 16emes de finale plus de 40 ans après

Surpris dès le retour des vestiaires sur l’une des seules incursions castelviroises dans leur surface, en dehors d’un contre bien sauvé par Ludovic Butelle lors du premier acte, les hommes de Stéphane Moulin ont de plus en plus peiné à se montrer dangereux au fil des minutes et ont fini par lâcher dans les têtes. Da Silva a fini de les écœurer avec une ultime parade devant Harrison Manzala (81eme), alors que pour couronner le tout, Mateo Pavlovic est sorti sur blessure peu avant l’heure de jeu. Une journée à oublier pour Angers, déjà éliminé des deux Coupes et désormais focalisé sur la quête de son maintien en L1. Pour l’ES Viry-Châtillon, qui évoluait encore en N2 la saison passée avant de connaitre une rétrogradation sportive puis une autre administrative ces derniers mois, c’est un incroyable bol d’oxygène. Ce sera la deuxième fois de son histoire qu’il disputera les 16emes de finale de la Coupe de France, après 1977-78, quand il avait été éliminé sur un match aller-retour par le Gazélec Ajaccio.

Les Herbiers confirment, Bastia renaît

Finaliste malheureux de la dernière édition de la Coupe de France contre le PSG (2-0), le club des Herbiers est lancé dans une nouvelle épopée. Le 11eme de son groupe de N2 a décroché sa qualification sur le terrain de Tours (1-2), qui évolue en N1, grâce à un doublé d’Oumar Pouye (6eme, 55eme). Entretemps, Aaron Boupendza avait claqué un lob magnifique de 45 mètres pour égaliser. Autre club qui revient de loin, le SC Bastia (N3) a composté son billet pour les 16emes de finale aux dépens de Concarneau (N1) au terme de la séance des tirs au but (2-2, 5-4 TAB). Les Corses ont égalisé à l’ultime minute du temps additionnel par le vétéran Louis Poggi (34 ans) sur corner (90eme+5), avant de sortir les Bretons au bout du suspense. Marignane-Gignac (N1) en est aussi passé par la séance fatidique pour éliminer Clermont (L2) dans une rencontre où les Provençaux ont pourtant passé 90 minutes en infériorité numérique (1-1, 3-0 TAB). A 10 contre 10, Croix (N2) s’est défait de Raon-L’Etape (N3) avec deux buts dans les cinq dernières minutes.

Téléchargez l'application Microsoft News pour Android ou iPhone, et soyez ainsi toujours au courant de l'actualité.

Publicité
Publicité

Plus de Football 365

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon