Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Premier League: les pires clubs ont les supporters les plus dévoués, selon une étude britannique

logo de RMC Sport RMC Sport 19/01/2021 QM

Selon une étude réalisée par les chercheurs des universités de Kent et d’Oxford, la souffrance partagée dans la défaite par les supporters des équipes les moins fortes de Premier League a créé entre eux un lien social incroyablement fort, les rendant plus solidaires que d’autres supporters.

De joyeux supporters de West Bromwich Albion célèbrent la promotion de leur club en Premier League © @IconSport De joyeux supporters de West Bromwich Albion célèbrent la promotion de leur club en Premier League

Créer du lien social dans la défaite. Quand l’échec soude une communauté d’individus, et les rend inséparables. Une étude britannique réalisée par les chercheurs des universités de Kent et d’Oxford révèle que les défaites ont une incidence plus forte que les victoires sur les liens qui se forment à l’intérieur d’une communauté de supporters en Angleterre. Cela se vérifie surtout dans les clubs de Premier League les moins performants de ces dix dernières années.

Interrogés dans le cadre de cette étude, les fans de Crystal Palace, Hull City, Norwich, Sunderland et West Bromwich Albion étaient plus nombreux que dans les équipes performantes à se déclarer prêts à sacrifier leur propre vie pour sauver celle des autres fans de leur club. Le phénomène est très prégnant chez les Eagles, les plus nombreux (34%) à se dire capables de se sacrifier pour les autres, ceux d’Arsenal étant les moins nombreux (9,4%).

Mieux comprendre ce qui anime ces supporters dévoués à leur club

De manière générale, cette volonté est moins exprimée dans les clubs qui jouent le haut de tableau dans le championnat d’Angleterre. Car si les supporters de Manchester City sont solidaires entre eux, leur attachement au club ne va pas jusqu’à ce sens du sacrifice exprimé par d’autres.

En revanche, les liens sociaux induits par l’appartenance à un groupe de supporters justifient à eux seuls la passion pour le football exprimée en majorité (92%) par les supporters de la modeste équipe de Hull City (3e division anglaise).

L’accumulation des défaites et des relégations, la souffrance partagée à chacune de ces occasions, ont participé à la construction de leur identité, façonnant au fil du temps et des désillusions une part essentielle de l’image que les supporters se font d’eux-mêmes, et du lien qui les unit à leur club.

Une certaine idée du romantisme qui explique certains comportements extrêmes. "Comprendre ce qui motive les supporters dévoués peut aider les clubs de football et les décideurs politiques à mieux gérer le comportement des foules", conclut cette étude menée par le Dr Martha Newson. 

Publicité
Publicité

Plus d'info: RMC Sport

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon