Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Real Madrid : Le club aurait accepté plus de 200 millions d’euros provenant d’un paradis fiscal

logo de 20 Minutes 20 Minutes 22/02/2021 A.L.G.

Le contrat signé par le Real en 2016 avec le fonds d’investissement « Providence Equity » a été détricoté dans le cadre des Football Leaks

Le Real pourrait être poursuivis pour « fraude à la loi » par le fisc espagnol. © OSCAR DEL POZO / AFP Le Real pourrait être poursuivis pour « fraude à la loi » par le fisc espagnol. FOOTBALL - Le contrat signé par le Real en 2016 avec le fonds d’investissement « Providence Equity » a été détricoté dans le cadre des Football Leaks

A chacun ses problèmes financiers. Alors que la dette du Barça a dépassé le milliard d’euros cette saison, c’est au tour du Real Madrid de devoir s’inquiéter de sa trésorerie. Enfin, de ses pratiques financières, plutôt. En effet, selon les informations conjointes du quotidien allemand Der Spiegel et du site espagnol infolibre.es, en lien avec le consortium European Investigative Collaborations (EIC) dans le cadre des Football Leaks, les dirigeants merengue auraient perçu près de 200 millions d’euros non déclarés au fisc espagnol.

Cette somme correspondrait à une partie des 500 millions d’euros promis, sur dix ans, par le fonds d’investissement américain « Providence Equity » lors de la signature du contrat signé avec le club madrilène. En échange, le Real s’était engagé à reverser à ce groupe financier 23,75 % de l’augmentation de ses revenus issus de la gestion de certains droits commerciaux. Problème, ces 200 millions d’euros auraient été réglés par deux sociétés basées dans le célèbre paradis fiscal des îles Caïmans.

Une découverte très embarrassante pour le Real qui risque des poursuites judiciaires pour « fraude à la loi », d’autant que les dirigeants semblaient parfaitement au courant du risque encouru. « Deux sociétés basées aux îles Caïmans et domiciliées dans un immeuble de George Town, où sont domiciliées des milliers de sociétés, garantissent le paiement au club de 200 millions par une société luxembourgeoise au capital de 20.000 euros ! Cela ressemble à une blague, mais j’ai peur que ce soit sérieux », avait ainsi averti le directeur financier de la Casa Blanca avant la conclusion de ce deal juteux. « Cette structure sera presque certainement remise en question par le Trésor », avait-il conclu prémonitoirement.

Publicité
Publicité

PLUS D'INFO: 20 MINUTES

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon