Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Vers un mercato blanc ?

logo de Sports.fr Sports.fr 25/03/2020 Yannick Sagorin
10 NEYMAR JR (PSG) - DOS - DECEPTION © Fournis par Sports.fr 10 NEYMAR JR (PSG) - DOS - DECEPTION

C’est un effet mécanique: les clubs de football s’apprêtant à perdre des centaines de millions d’euros cumulés, le mercato cet été risque d’être limité à la portion congrue.

Dans son édition du jour, le Corriere dello Sport se veut catégorique quant au prochain marché des transferts: « Aucun joueur dit "cher" ne sera vendu ». Par "cher", selon le quotidien sportif italien, entendez « plus de 80 millions d’euros » - une somme rondelette certes mais tout à fait dans les cordes des mastodontes qui avaient prévu de recruter du lourd cet été. C’est le cas bien sûr du Barça, qui lorgne déjà des pointures telles que Neymar et Lautaro Martinez. Sans forcément s’en cacher. Tout cela néanmoins, c’était avant. Avant la crise du coronavirus qui promet d’ores et déjà des pertes faramineuses pour les clubs de football privés de match. Donc de droits TV, de billetterie, de revenus marketing et merchandising. La semaine dernière, le cabinet d’audit et conseil KPMG estimait à 4 milliards le manque à gagner pour les équipes des cinq grands championnats européens si toutefois ceux-ci ne trouvaient par leur terme. Quoi qu’il advienne, ce seront plusieurs centaines de millions d’euros envolés. Et une période dédiée aux transferts très probablement réduite.

Le troc pour alternative ?

Inévitablement, pris dans la nasse, les clubs ne vont pas pouvoir investir massivement lors de leur prochaine fenêtre de tir. « Selon que vous serez puissant ou misérable, tout le monde sera touché. L’économie du football fonctionne à vases communicants. Si un club perd de l’argent, il ne peut pas acheter des joueurs à d’autres équipes, qui ne dégagent pas les liquidités supplémentaires pour investir ailleurs et élargir les effectifs », souligne pour RMC l’expert en économie du sport Pierre Rondeau. Sauf à recourir à un système de troc – une transaction basée sur le seul échange d’un ou plusieurs joueurs – les mouvements d’ampleur risquent fort d’attendre la prochaine intersaison. Et encore, si et seulement si l’économie du foot retrouve son équilibre perdu. « Mais même ici, la technique a été altérée par le coronavirus, note Pierre Rondeau. Comment la valeur des joueurs pourra être jaugée après des semaines d’inactivité, un manque total de réathlétisation, sans penser aux conséquences physiologiques et psychologiques sur les joueurs ? » C’est dit, la prochaine ouverture estivale ne sera assurément pas celle des paris mais une période d’inertie contrainte. Un mercato blanc n’est définitivement pas à exclure…

Aussi sur MSN: Pelé regrette de ne pas avoir appris ce geste à Neymar

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE


Publicité
Publicité

Plus d'infos : Sports.fr

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon