Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Cyclisme. Wout Van Aert éclipse Julian Alaphilippe sur les Strade Bianche !

logo de Ouest-France Ouest-France il y a 2 jours
Wout Van Aert. © AFP Wout Van Aert.

Le Belge Wout Van Aert, 25 ans, a décroché, ce samedi, les Strade Bianche, la course de reprise du World Tour. Le coureur de Jumbo-Visma, à la fois rouleur et punchueur, s’est imposé en force, à Sienne. Julian Alaphilippe, qui défendait son titre, a craqué à cinquante kilomètres du but.

Wout Van Aert, qui avait fini troisième lors des deux dernières éditions de l'épreuve, a été le plus fort ce samedi sur les sentiers de gravier et a devancé sur la Piazza del Campo de Sienne l'Italien Davide Formolo (UAE Emirates) et l'Allemand Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe).

De Sienne à Sienne, sur les chemins de gravier de la Toscane et sous une chaleur terrible : l’élite du cyclisme mondial reprend la route ce samedi avec les Strade Bianche, plus de cinq mois après les premières annulations de courses face à la progression du Covid.

La jeune course italienne (14e édition) marque la reprise du World Tour, réduit d’un tiers cette saison avec 24 épreuves au lieu de 36 à cause du virus.

Avant d’arriver sur la superbe Piazza del Campo de Sienne au bout de 184 kilomètres, les coureurs auront souffert sur les 11 secteurs (63 km) de « sterrati », les chemins de terre blanchis qui donnent son nom à la course.

Et sous une chaleur brutale (jusqu’à 37 degrés dans l’après-midi), ils auront affronté les routes sans plat de la Toscane et les redoutables 16 % de la Via Santa Caterina, juste avant l’arrivée, où Julian Alaphilippe avait fait la différence pour s’imposer l’an dernier.

Mais plus encore que la chaleur, la grande variable sera l’incertitude totale pesant sur les états de forme des uns et des autres après près de cinq mois sans compétition.

Gare à Van der Poel

Julian Alaphillipe va se retrouver à défendre coup sur coup ses deux plus beaux succès italiens de 2019, avec les Strade Bianche puis Milan-Sanremo dès samedi prochain.

Mais avec un programme qui le pousse à regarder vers le Tour de France et au-delà vers les Championnats du monde et les classiques de septembre-octobre, le puncheur français sera peut-être un peu en retrait.

« Ça va être une course complètement différente de celle à laquelle on est habitués, avec 35 degrés et encore plus de poussière que d’habitude. Mais nous arrivons avec beaucoup de motivation », a assuré son directeur sportif Davide Bramati.

Deuxième à Sienne l’an dernier, Fuglsang (Astana) pourrait être candidat, comme Sagan et Schachmann (Bora), Van Avermaet (CCC), souvent placé, ou Benoot (Sunweb), vainqueur en 2018.

Mais les regards seront surtout tournés vers Van Aert (Jumbo-Visma), troisième des deux dernières éditions, et vers l’attraction Van der Poel. Pour Van Avermaet, le jeune Néerlandais est même « le favori ».

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon