Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Rink-hockey. Coupe de France : La Vendéenne en quête d’un record

logo de Ouest-France Ouest-France 18/09/2020 Ouest-France
Les quatre recrues de La Vendéenne, cette saison. De gauche à droite : Daniel Menendez, Antoine Thébaud, Nathan Gefflot et Ruben Ferrer (en provenance du Poiré-sur-Vie). © Ouest-France Les quatre recrues de La Vendéenne, cette saison. De gauche à droite : Daniel Menendez, Antoine Thébaud, Nathan Gefflot et Ruben Ferrer (en provenance du Poiré-sur-Vie).

Prévu en mai, puis finalement reporté à ce week-end du 19-20 septembre, le Final Four de la Coupe de France peut permettre à La Vendéenne de glaner son septième sacre. En cas de succès dans la salle du Croissant à Nantes, les Yonnais signeraient un record historique, dépassant ainsi Saint-Omer, tenant du titre et équipe à battre.

Initialement programmées en mai 2020, les finales de la Coupe de France ont finalement lieu, ce samedi et dimanche, à Nantes. Protocole sanitaire oblige, la jauge d’entrée est réduite à 200 spectateurs : « C’est déjà très bien, je ne m’attendais pas à avoir autant de public », avoue Nathan Gefflot. Le Yonnais, de retour à La Vendéenne cet été, après une saison en Espagne, peut décrocher un nouveau titre avec son ancienne équipe.

Alors évidemment, lorsque Nathan Gefflot et ses coéquipiers se sont tous retrouvés, le 24 août salle de l’Angelmière, pour enchaîner dix séances en cinq jours, l’objectif de la Coupe de France était déjà dans les têtes, et ce malgré le report de ce Final Four. « La nouvelle saison commencera par la fin de la précédente », confiait en juin dernier Lucas Gaucher. Il avait vu juste ! Puisque les Yonnais retrouvent Saint-Omer en demi-finale, ce samedi, équipe qu’ils affronteront à nouveau en ouverture du championnat, le 19 septembre.

Les « rouge et noir » vont donc tenter de devenir l’équipe la plus titrée en Coupe de France. Jusqu’à la saison 2018-2019, l’équipe vendéenne restait seul leader avec six trophées soulevés entre 2002 et 2016. Mais depuis mai 2019, l’équipe de Saint-Omer a égalisé au nombre de six sacres. Le vainqueur de la première demi-finale restera donc en course pour un septième succès. « Nous avons pu travailler notre confiance face au Poiré-sur-Vie, mercredi soir », confirme Lucas Gaucher. « Ce match de préparation était très important au vu de ce qui nous attend ce samedi. »

Car Saint-Omer reste l’équipe à battre, championne de France en titre et double tenante du titre en Coupe. Lucas Gaucher espère pouvoir aligner son équipe au grand complet, malgré les interrogations au sujet de Duarte Delgado : « Il s’est retourné un doigt et reste incertain. On va faire des tests, mais Duarte (Delgado) est un élément important dans la conservation de la balle… » En cas de succès, les Yonnais affronteront le vainqueur de l’autre demi-finale opposant Noisy-le-Grand à Nantes.

Programme. Salle du Croissant. Samedi : Demi-finales La Vendéenne – Saint-Omer (15 h) et Noisy-le-Grand – Nantes (19 h). Dimanche . Finale à 15 h 30.

Coupe d’Europe. Engagée en Ligue des champions, après sa 2e place en championnat, la saison passée, La Vendéenne a hérité dans sa poule B, du FC Porto, du Deportivo La Corogne et de Genève. Premier match, le 7 novembre à Genève.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
Publicité
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon