Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Aéronautique : un avion passé au scanner

C'est une arrivée sans tambour ni trompette, à la nuit tombante. Ce Boeing 777 achève un vol de routine entre Cuba et l'aéroport parisien d'Orly. Les passagers à peine débarqués, le voici prêt à une inspection aussi démesurée que spectaculaire. Cela commence par un déshabillage en règle. Sièges, portes, coffres à bagage, tout est démonté et soigneusement étiqueté. Remontent à la surface les reliquats de milliers d'heures de vol. L'humidité est traquée sous toutes ces formes. En vol, -50 degrés à l'extérieur, 25 degrés à l'intérieur de l'avion. Conséquence : des gouttelettes de condensation invisibles se forment jusqu'à transformer ces matelas isolants en éponge. Vérification même dans le réservoir Ce géant des airs a dix ans. Le mettre à nu, c'est aussi s'aventurer dans des endroits périlleux comme le réservoir. "Là je mets un masque parce que les odeurs sont très novices pour le corps humain", affirme ce technicien. Les jours passent, l'avion va rester à terre pendant un mois.
image beaconimage beaconimage beacon