Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Covid-19. Le Japon ouvre de nouveau ses portes aux touristes étrangers

logo de Ouest-France Ouest-France 22/09/2022 Avec AFP.
Le Japon va lever ses restrictions d’entrée pour les touristes mises en place il y a plus de deux ans pour faire face à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi 22 septembre 2022 sur Twitter le ministre du Numérique Taro Kono. Photo d'illustration. © BEHROUZ MEHRI / AFP Le Japon va lever ses restrictions d’entrée pour les touristes mises en place il y a plus de deux ans pour faire face à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi 22 septembre 2022 sur Twitter le ministre du Numérique Taro Kono. Photo d'illustration.

« Enfin, le Japon va rouvrir ses frontières. » C’est par ces mots diffusés sur Twitter ce jeudi 22 septembre 2022 que le ministre du Numérique, Taro Kono, a annoncé la fin des restrictions d’arrivées sur le territoire nippon.

Le Japon va lever ses restrictions d’entrée pour les touristes mises en place il y a plus de deux ans pour faire face à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi 22 septembre 2022 sur Twitter le ministre du Numérique Taro Kono. « Enfin, le Japon va rouvrir ses frontières », a-t-il indiqué, avant un discours attendu du Premier ministre Fumio Kishida à New York plus tard dans la journée. « La dispense de visa est de retour », a-t-il ajouté, sans préciser la date d’entrée en vigueur ni à combien de pays la mesure s’appliquerait.

Un quota graduellement relevé

Le quota d’arrivées quotidiennes dans le pays avait été graduellement relevé depuis le début de l’année et s’établissait dernièrement à 50 000. La faiblesse du yen, qui a perdu 20 % de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année, devrait rendre le Japon encore plus attractif pour bon nombre de visiteurs.

Et un apport de devises étrangères pourrait aider à enrayer la chute de la monnaie nationale et donner un coup de pouce à la reprise économique. En juin, le gouvernement nippon avait autorisé le retour des touristes étrangers, mais seulement dans le cadre de voyages organisés. Ce dispositif avait été allégé début septembre pour autoriser les séjours individuels, mais toujours via une agence de voyages.

Fumio Kishida « a pris ses fonctions il y a un an en sachant que la perception d’une gestion maladroite de la pandémie avait été un facteur clé de la perte de confiance de l’opinion publique » japonaise en son prédécesseur Yoshihide Suga, a récemment rappelé à l’AFP James Brady, spécialiste de la politique japonaise du cabinet Teneo.

Pas de confinements

Fumio Kishida « s’est montré extrêmement prudent pour ne pas répéter ces mêmes erreurs », selon cet observateur. Le Japon n’a pas recouru à des confinements durant la pandémie mais le port du masque, sans être imposé par les autorités, continue d’y être extrêmement répandu dans les lieux et transports publics. Le taux de mortalité attribuable au coronavirus y a été relativement faible (moins de 35 décès pour 100 000 habitants).

L’archipel devrait cependant mettre du temps à retrouver son niveau record de 31,9 millions de visiteurs étrangers accueillis en 2019 et des retombées financières comparables (4 800 milliards de yens cette année-là, soit près de 34 milliards d’euros au cours actuel).

Des touristes encore contraints par des restrictions drastiques

Car au Japon, « la majeure partie des retombées économiques [du tourisme international] pré-pandémie provenait des masses de visiteurs chinois, qui dépensaient beaucoup pour rapporter chez eux des produits électroniques et cosmétiques » nippons, rappelle James Brady. Or, comme les Chinois sont toujours confrontés à des restrictions drastiques face au Covid-19 chez eux, ils ne devraient pas être nombreux à voyager au Japon dans l’immédiat, alors qu’ils représentaient (avec Hong Kong) 37 % des visiteurs étrangers au Japon en 2019.

En revanche, la demande de touristes d’autres pays pourrait être forte, même si celle des Européens risque d’être limitée à cause de l’inflation élevée chez eux et des répercussions de la guerre en Ukraine sur les coûts du transport aérien, selon des experts du secteur.

Publicité
Publicité

Plus de Ouest-France

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon