Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Une charte pour conduire la transiition en Guinée mais encore des zones d'ombre

logo de dw.com dw.com 28/09/2021 Bangaly Condé
© Sunday Alamba/AP/picture alliance

Ce document de 84 articles se limite à définir le rôle de chaque organe de la transition. Si la représentation des partis politiques au Conseil national de transition est au cœur des débats à Conakry, avec plus de 300 partis politiques, seulement 15 seront représentés au sein de l’organe législatif.

Lire aussi : Mahamat Saleh Annadif : "la durée de la transition dépend des Guinéens"

Certains partis politiques font déjà des propositions pour les critères de choix. C’est le cas de l’Alliance nationale pour le progrès.

Le docteur Moussa Sagno, président de ce parti, indique que les formations politiques doivent être choisies en raison de leur participation aux élections nationales.

" La meilleur proposition à mon avis, il faut voir le parcours de tous les partis politiques depuis leur création. Voir également leur activité sur le terrain mais aussi tenir compte des résultats obtenus par les partis. Il ne suffit pas d’avoir des agréments. Nous avons participé aux élections présidentielles de 1993, c’étaient les premiers partis politiques " précise t-il.

Lire aussi : Le rôle de la Cédéao dans la crise en Guinée

La place des femmes

Pour les organisations féminines, 30% de femmes seront présentes dans toutes les instances de la transition. Selon Yansané Fatou Balde, des avantages doivent être donnés aux femmes qui ont les compétences.

" On a dit qu’à compétence égale il faut favoriser l’émergence des femmes. Mais on ne peut pas être nommé seulement parce qu’on est femme. Je pense que ce qui doit primer dans ce choix c’est la conviction à dire que nous sommes dans un combat noble et juste pour lequel il faut faire des sacrifices " estime Yansané Fatou Balde.

La Convergence des jeunes pour la paix et la démocratie, une structure de la société civile, invite ses collègues à défendre les intérêts du pays au lieu de se battre pour avoir une place dans les organes de la transition.

Lire aussi : Discuter pour réussir la transition en Guinée

Réussir la transition

Selon Abdoul lah Sacko, la Guinée a en effet toujours eu des transitions ratées. Pour lui " Même si vous prenez aujourd’hui 1.000 personnes dans le CNT, il y aura des gens qui ne seront pas choisi. Oublions les appétits d’être dans les instances de la transition, du gouvernement, du CNT ou bien ceci ou cela… Qu’est-ce qu’en tant que citoyens, avec tous les rendez-vous manqués de la Guinée, nous avons apporté à notre pays ? Nous devons tout faire pour que la transition réussisse, c’est notre appréciation de la chose ".

Pour la durée de la transition, le document précise qu’elle sera définie en commun accord avec tous les acteurs politiques ou de la société civile. Mais aucune date n’a été fixée ce qui laisse pour l’instant la possibilité aux putschistes de la prolonger comme bon leur semble.

Auteur: Bangaly Condé

Publicité
Publicité

PLUS DE FOURNISSEUR

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon