Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Comores: création d’une Coordination du dialogue national inter-comorien

logo de RFI RFI il y a 5 jours RFI
Azali Assoumani, le président des Comores, à Paris le 5 décembre 2019. © Boris Vichith/RFI Azali Assoumani, le président des Comores, à Paris le 5 décembre 2019.

Aux Comores, un décret présidentiel faisant état de la création d’une Coordination du Dialogue National inter-comoriens, est paru hier mercredi 24 novembre au journal officiel. Elle est chargée de conduire le dialogue de manière inclusive et participative afin de consolider l’unité du pays en vue de son développement socio-économique. Ce dialogue, d’abord voulu par l’opposition et boudé par l’exécutif, est en lui-même source de désaccords sur les prérequis nécessaires à sa mise en place.

avec notre correspondante à Moroni, Anziza M’Changama

La Coordination nationale du Dialogue inter-comorien est décrétée par le président quelques semaines après que l’Union Africaine l’y a encouragé dans un communiqué dans lequel elle mentionnait pour la première fois l’existence de détenus politiques aux Comores et la nécessité d’avancer sur le lancement du dialogue national.

« Qu’on s’entende tous pour s’asseoir autour d’une table et discuter » : ce sont les propos du parti Ulezi, à l’époque en marge du reste de l’opposition quand il invitait le président Azali Assoumani, ainsi que le gouvernement, à un dialogue inter-Comoriens.

Six mois plus tard, voilà que le chef de l’Etat signe un décret encadrant l’organisation de ce dialogue, qui, selon la version présidentielle, « est initié afin de créer les conditions propices à un climat d’apaisement ».

Natuk Mohamed, Premier secrétaire d’Ulezi se félicite que le président fasse preuve d’une certaine ouverture et dit rester attentif à la composition de cette coordination qui doit  être multipartite pour assurer que les débats représentent toutes les tendances.

Les forces vives de l’opposition ont quant à elles, fini par saluer l’idée du dialogue mais ont signifié qu’Azali Assoumani ne pourrait pas en fixer seul, ni les règles ni les thématiques.

À lire aussi«La démocratie doit reprendre sa place aux Comores» clame le chanteur Ahamada Smis 

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon