Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Congo-B : des familles portent plainte 2 mois après la mort de 6 jeunes dans un commissariat

logo de RFI RFI 13/01/2022 RFI
Un policier Congolais en faction à Brazzaville. (Illustration). © FLORIAN PLAUCHEUR / AFP Un policier Congolais en faction à Brazzaville. (Illustration).

Quatre familles sur six ont porté plainte jeudi 13 janvier contre l’État congolais, suite à la mort de leurs membres survenue dans la nuit du 4 au 5 novembre 2021 dans les geôles du commissariat central de Brazzaville. Les autopsies réalisées sur les corps, à la demande des ONG, avaient révélé des décès par tortures ; mais ils étaient accidentels d’après le gouvernement.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Depuis ce drame aucune interpellation n’a été effectuée et la Commission d’enquête indépendante réclamée par les Organisations de défense des droits de l’homme n’a pas non plus vu le jour.

Les familles ont attendu deux mois pour déposer leur plainte parce que ce dossier devrait être géré avec rigueur, expliquent-elles, en intégrant notamment les résultats des autopsies d’un médecin légiste, qui ont décelé des traces de tortures sur les corps.

A lire aussi : Congo-B: 6 morts dans la prison de la police de Brazzaville, familles et ONG s’insurgent

Ces familles sont assistées par des ONG dont le Centre d’Actions pour le développement (CAD) que dirige Trésor Nzila. « En se constituant parties civiles, les familles et nous attendons que les auteurs rendent des comptes et que réparations soient faites ».

Pour Trésor Nzila, la torture est devenue endémique dans le pays. Il propose des pistes aux autorités pour la combattre. « Il est possible de mettre fin à la torture. Pour ce faire, le gouvernement congolais doit faire évoluer la législation nationale pour être en conformité avec le droit international des droits de l’homme ; puis développer des sauvegardes pour lutter efficacement contre ce fléau ».

Récemment au moins quatre policiers ont été arrêtés sur ordre du procureur de la République pour avoir torturé trois jeunes dont deux ayant trouvé la mort.

À lire aussi : Congo-B: les six morts du commissariat central de Brazzaville ont été torturés, selon une autopsie

Publicité
Publicité

Plus de RFI

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon