Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

RDC: un cadre du parti de Katumbi condamné à deux ans de prison

logo de AFP AFP il y a 5 jours AFP
Moïse Katumbi à Bruxelles le 12 septembre 2018 © JOHN THYS Moïse Katumbi à Bruxelles le 12 septembre 2018

Le leader de la jeunesse du parti de Moïse Katumbi, potentiel candidat à la prochaine élection présidentielle en République démocratique du Congo, a été condamné dans la nuit de mardi à mercredi à deux ans de prison, a-t-on appris de son avocat.

"Dans un procès expéditif, Jacky Ndala, coordonnateur de la ligue des jeunes de +Ensemble pour la République+, a été condamné à deux ans de prison par le tribunal de paix de Kinshasa-Kinkole", a déclaré à l'AFP Me Papy Mbaki, son avocat.

Arrêté dimanche et détenu par l'Agence nationale des renseignements (ANR), M. Ndala a été jugé en "procédure de flagrance" et condamné à l'issue d'une audience d'environ six heures.

"Le parquet l'a poursuivi pour incitation à la désobéissance aux lois. Pourtant l'interrogatoire à l'ANR a porté sur la proposition de loi sur la citoyenneté congolaise des candidats à la prochaine présidentielle", a expliqué Me Mbaki. 

"Nous irons en appel contre cette décision", a-t-il indiqué. 

"Ensemble pour la République" est le parti de l'ex-gouverneur du Katanga et richissime hommes d'affaires Moïse Katumbi, patron du prestigieux club congolais de football Tout-puissant Mazembe.

"Il y a deux poids deux mesures dans l'administration de la justice dans cette affaire", a réagi auprès de l'AFP Olivier Kamitatu, directeur de cabinet et porte-parole de M. Katumbi.

Une vidéo envoyée lundi à l'AFP par un haut responsable de l'ANR montre M. Ndala haranguer un groupe de personnes et dire : "Lorsque le signal sera donné, là où tu es, près de ta résidence, allume le feu (...) Nous avons pris rendez-vous d'aller visiter le palais du peuple", siège du parlement congolais. 

M. Ndala faisait allusion, d'après cette vidéo, à une proposition de loi controversée déposée récemment au parlement qui prévoit que seuls des Congolais nés de deux parents congolais pouvaient concourir à la présidentielle.

Si cette loi est votée, M. Katumbi - né d'un père Italien et d'une mère Congolaise - qui affiche ses ambitions pour la magistrature suprême serait exclu de la course. 

La prochaine présidentielle en RDC est censée avoir lieu en décembre 2023 et le président Félix Tshisekedi a déjà annoncé qu'il briguerait un nouveau mandat.

bmb/mbb/jhd 

Publicité
Publicité

PLUS D'INFO AFP

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon