Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sénégal : Sonko accepte finalement de répondre à la convocation du juge

logo de Le Point Le Point 03/03/2021 Par Le Point Afrique
© Fournis par Le Point

« Demain, à l'heure contenue dans la convocation 9 heures (GMT et locales), nous irons répondre, écouter le juge » d'instruction au palais de justice de Dakar, a déclaré tard dans la soirée devant la presse Ousmane Sonko qui a ainsi écouté les conseils des représentants de la société civile, des milieux religieux et des partis d'opposition. « Nous irons chez le juge, mais ce n'est pas une abdication », a-t-il dit, cité par l'AFP. Le député de 46 ans fait l'objet depuis début février d'une plainte pour viols et menaces de mort déposée par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, indique-t-il, soulager ses maux de dos. « Ce dossier sera facilement démontable devant toute juridiction », a-t-il assuré, tout en disant « ne pas avoir confiance dans cette justice » qui, au Sénégal, ne « tranche jamais dans un autre sens que la volonté du prince ».

À LIRE AUSSISénégal : la plainte pour viol contre Sonko crée une tempête politique

Son immunité parlementaire levée?

Lors de sa longue intervention, Ousmane Sonko, qui nie ces accusations, a une nouvelle fois multiplié les attaques contre le président Macky Sall, l'accusant sans relâche d'avoir ourdi un complot pour l'écarter de la prochaine présidentielle en 2024. Le président sénégalais a récemment démenti avoir quoi que ce soit à voir avec les ennuis du député. Ousmane Sonko, arrivé troisième lors de la présidentielle de 2019, avait annoncé ces derniers jours qu'il ne répondrait pas à la convocation du juge, malgré la levée de son immunité parlementaire par les députés vendredi dernier.

À LIRE AUSSISénégal : l'immunité parlementaire du député Ousmane Sonko levée

? Sonko va répondre à la convocation du juge

Mais il a dit mardi soir avoir « écouté » depuis trois jours les personnalités d'horizons divers qui lui ont, dans leur grande majorité, conseillé de se rendre chez le juge. En cas de refus, le juge ordonnerait son arrestation, à laquelle ses partisans pourraient s'opposer, a-t-il souligné. Le risque serait alors d'être « condamné à six mois de prison » pour « rébellion » et de se voir rayé des listes électorales, a-t-il poursuivi, en disant vouloir faire preuve de stratégie pour éviter les « pièges » de ses adversaires. « Nous pouvons perdre des plumes, mais Macky (Sall) peut perdre son pouvoir » dans cette affaire, a-t-il prédit en appelant à la « mobilisation » au-delà de son camp. Son guide religieux, Serigne Abdou Mbacké, avait affirmé un peu plus tôt lui avoir demandé de se rendre chez le juge « au nom de la paix et de la stabilité du pays ».

À LIRE AUSSISénégal : ce Sonko qui a troublé la présidentielle

Un scénario semblable à celui de Karim Wade et de Khalifa Sall

« L'apaisement dépend de Macky et de ses comploteurs », a affirmé le député en accusant le chef de l'État de jouer son va-tout, car il « sait que nous pouvons facilement le battre » si l'élection a lieu à la régulière. La plainte contre M. Sonko a suscité des comparaisons avec les ennuis de Karim Wade, fils et ancien ministre de l'ex-président Abdoulaye Wade, et de Khalifa Sall, maire déchu de Dakar, tous deux frappés par des condamnations pour des malversations financières et empêchés de se présenter à la présidentielle de 2019. M. Sall, 59 ans, élu en 2012 et réélu en 2019, maintient le flou sur l'éventualité d'une candidature à un troisième mandat, malgré la limite de deux instaurée après une révision constitutionnelle approuvée en 2016.

À LIRE AUSSISénégal : que présage la libération de Khalifa Sall ?

Publicité
Publicité

Plus de Le Point

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon