Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Affaire Raissouni : La procédure en appel, «occasion unique de redresser les irrégularités» selon RSF

logo de Yabiladi Yabiladi 12/10/2021 Yassine Benargane
© Fournis par Yabiladi

Alors que la cour d’appel prévoit une première audience de l’affaire du journaliste Soulaiman Raissouni, mercredi, l’organisation Reporters sans frontières (RSF) a déclaré qu’elle «espère que l’ancien rédacteur en chef emprisonné, encore très affaibli par une longue grève de la faim, bénéficiera enfin d'un traitement équitable». Dans un communiqué publié ce mardi, RSF rappelle que le journaliste, reconnu coupable d'une accusation d'agression sexuelle qu'il a toujours niée, a été condamné, le 10 juillet, à cinq ans de prison au terme d'un procès de quatre mois, «marqué par de nombreuses irrégularités flagrantes».

«Cet appel est une occasion unique de redresser les nombreuses irrégularités constatées jusqu'à présent dans la procédure contre Soulaiman Raissouni», a déclaré Souhaieb Khayati, responsable du bureau Afrique du Nord de RSF. «Son état de santé reste extrêmement préoccupant et il est absolument essentiel qu'il puisse désormais bénéficier d'une audience juste et équitable. Il n'a pas sa place en prison», poursuit-il.

L’ONG rappelle que le parquet a d'abord demandé la peine maximale de dix ans de prison au motif que Raissouni était une personnalité publique et avait fait des déclarations «contradictoires» alors que son accusateur est membre d'une minorité et avait fourni aux autorités des déclarations «cohérentes». «Raissouni n'était pas présent au tribunal pour entendre le jugement parce qu'il était extrêmement faible à cause de sa grève de la faim et qu'il s'est vu refuser sa demande d'être emmené au tribunal dans une ambulance et d'avoir un fauteuil roulant», ajoute-t-elle encore.

RSF rappelle aussi que «deux autres journalistes qui ont été ciblés par les autorités marocaines sont actuellement emprisonnés pour des charges sexuelles», évoquant les cas d’Omar Radi et de Taoufik Bouachrine. «Le Maroc est classé 136e sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF 2021», conclut-elle.

Publicité
Publicité

Plus de Yabiladi

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon