Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

La malnutrition infantile s'aggrave dans le nord-est du Nigeria

logo de Euronews français Euronews français 13/05/2022

Les cinq enfants d'Iza Ali attendent toujours de manger à 15h. Ce n'est pas le premier jour où la famille est privée de nourriture depuis qu'elle a fui les violences extrémistes dans le nord-est du Nigeria il y a six ans.

Iza Ali, 25 ans, sélectionne des légumes pour préparer un repas pour sa famille au camp de Jere pour les personnes déplacées à Maiduguri, au Nigeria, le 4 mai 2022 © Chinedu Asadu/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved Iza Ali, 25 ans, sélectionne des légumes pour préparer un repas pour sa famille au camp de Jere pour les personnes déplacées à Maiduguri, au Nigeria, le 4 mai 2022

Les cinq enfants d'Iza Ali attendent toujours de manger à 15h. Ce n'est pas le premier jour où la famille est privée de nourriture depuis qu'elle a fui les violences extrémistes dans le nord-est du Nigeria il y a six ans.

Elle et son mari grappillent 3 dollars par jour, mais c'est rarement suffisant pour nourrir la famille de sept personnes. Souvent, ils récupèrent des légumes verts à l'extérieur du camp de déplacés de Jere où ils vivent, dans la banlieue de Maiduguri.

"Si nous ne voyons pas de nourriture, nous buvons de l'eau", dit la mère de 25 ans, son enfant de 4 mois tirant sur sa robe. "Seul Dieu peut nous aider."

Les organisations humanitaires avertissent que les familles comme la sienne sont de plus en plus en danger dans un contexte de baisse de la production alimentaire cette année au Nigeria et de réallocation des fonds humanitaires mondiaux en raison de la guerre en Ukraine.

La malnutrition aiguë a grimpé en flèche, passant de 1,4 million d'enfants touchés dans le nord-est à 1,7 million l'année dernière, selon Priscilla Bayo Nicholas, spécialiste de la nutrition à l'agence des Nations unies pour l'enfance (Unicef) dans l'État de Borno au Nigeria. 

En 2017, ce nombre n'était que de 400 000. "Si nous ne les traitons pas, nous allons perdre ces enfants", a-t-elle prévenu.

Insurrection

Comme Iza Ali, de nombreux habitants du nord-est du Nigeria ont vu leurs moyens de subsistance détruits depuis 2009, lorsque les extrémistes ont commencé à mener une insurrection dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Les attaques menées par Boko Haram et sa branche, l'État islamique en l'Afrique de l'Ouest (Iswap), ont tué plus de 35 000 personnes au Nigeria et dans les pays voisins (Tchad, Niger et Cameroun), tandis qu'au moins 2,1 millions de personnes ont été déplacées, selon les chiffres de l'ONU.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a rencontré des Nigérians déplacés la semaine dernière à Maiduguri, alors qu'il concluait sa tournée de trois pays d'Afrique de l'Ouest par une "visite de solidarité avec les victimes du terrorisme".

"J'ai vu des sourires. J'ai vu de l'enthousiasme. J'ai vu de l'espoir", a déclaré António Guterres. "Et c'est là que nous devons investir", a-t-il ajouté, demandant 351 millions de dollars supplémentaires dans le cadre du plan global de 1,1 milliard de dollars pour la réponse humanitaire de l'ONU au Nigeria.

Camp de déplacés

Les personnes déplacées, cependant, disent que leurs espoirs s'amenuisent chaque jour. Dans le camp de déplacés de Banki, près de la frontière camerounaise, le personnel de l'ONU s'occupe de plus de 50 000 personnes déplacées par la violence. 

Le camp est entouré de soldats lourdement armés et rempli de femmes et d'enfants dont l'avenir est incertain. Des enfants souffrant de malnutrition aiguë sont allongés sur des lits, sous le regard attentif de leurs mères et de leurs soignants, dans le centre de nutrition du camp.

Ici, Mbolena, 20 mois, frotte son ventre gonflé, qui dépasse de son petit corps et de ses veines visibles. Sa mère Isa Ali dit qu'elle est reconnaissante qu'au moins "il se sente mieux maintenant". À côté de son lit, Maryam Hassan câline passionnément son bébé gravement blessé qui s'accroche à la vie.

De nombreux autres enfants sont piégés dans des endroits auxquels les travailleurs humanitaires ne peuvent accéder en raison des risques de sécurité, souligne Priscilla Bayo Nicholas.

Situation humanitaire

Gomezgani Jenda, du bureau nigérian de Save the Children International, avance que le conflit aggrave les problèmes auxquels sont déjà confrontés les enfants de la région. "La situation humanitaire qui affecte les enfants dans ces zones continue d'être un défi avec un besoin urgent qui est encore plus grand qu'avant".

Dans de nombreux camps de déplacés au Nigeria, les agences gouvernementales fournissent de la nourriture tandis que les agences d'aide se concentrent principalement sur les besoins en matière d'éducation et de santé. Mais la quantité qui provient de l'agence de secours du gouvernement nigérian tous les deux mois dure rarement plus de quelques jours.

Les autorités nigérianes ont commencé à fermer certains des camps de déplacés dans le cadre des efforts visant à ramener les gens dans leurs villes natales abandonnées lors d'une guerre dont le président Muhammadu Buhari, le leader du pays, a déclaré la semaine dernière qu'elle "approchait de sa conclusion".

Attaques imminentes

Plus de 50 000 extrémistes se sont rendus, selon l'armée nigériane. Toutefois, l'International Crisis Group a déclaré que la faction la plus dominante, l'Iswap, "consolide son emprise sur de nouvelles zones rurales", dans certaines parties de l'État de Borno.

Iza Ali souhaite que les violences cessent dans cette région pour qu'elle, son mari et ses cinq enfants puissent rentrer chez eux et cultiver à nouveau. Cependant, les attaques imminentes la hantent.

"Nous voulons rentrer", dit-elle. Mais seulement "si la brousse est nettoyée et qu'il n'y a pas de membres de Boko Haram qui vont nous tuer".

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Euronews français

Euronews français
Euronews français
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon