Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Madagascar : premières arrestations après le massacre de 32 villageois

logo de Euronews français Euronews français 02/08/2022

De premières arrestations ont eu lieu après le massacre de 32 personnes dans un village de Madagascar par des voleurs de bétail la semaine dernière.

La police anti-émeute malgache © RIJASOLO/AFP or licensors La police anti-émeute malgache

De premières arrestations ont eu lieu après le massacre de 32 personnes dans un village de Madagascar par des voleurs de bétail la semaine dernière.

Les bandits ont brûlé vives 32 personnes, dont des femmes et 15 enfants, vendredi, en mettant le feu à des habitations dans le village d'Ambolotarakely, à environ 75 kilomètres au nord de la capitale Antananarivo.

Selon une source au sein de la gendarmerie locale, cinq personnes soupçonnées d'être impliquées dans la tuerie ont été arrêtées lundi mais la traque continue, avec le déploiement d'hélicoptères militaires et de troupes au sol pour trouver les responsables.

"C'est un acte d'une violence inadmissible, et il faut que ça soit sanctionné très sévèrement", a déclaré le ministre de la Défense, le général Richard Rakotonirina. "Nous recherchons activement les auteurs". La police a imputé le massacre à des voleurs de bétail, connus sous le nom de dahalos, bien que les motifs ne soient pas encore clairs.

Selon le président de la Commission nationale indépendante des droits de l'homme (CNIDH), Seth Andriamarohasina, les forces de sécurité patrouillaient dans le village, qui se trouve sur une petite colline à environ 10 heures de marche du poste de police le plus proche. "C'est un village fantôme désormais, tous les habitants sont partis par peur des dahalos", a-t-il déclaré.

Plusieurs sources ont émis l'hypothèse qu'un conflit foncier pourrait avoir déclenché les violences. "C'est un acte prémédité, d'après ce que révèle les premiers éléments de l'enquête préliminaire", a déclaré à l'AFP une source au sein du ministère de la Défense.

Publicité
Publicité

Plus d'infos : Euronews français

Euronews français
Euronews français
Publicité
image beaconimage beaconimage beacon