Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Mali : « Parole de corps » ou l’art au service de l’inclusion sociale

logo de Journal du Mali Journal du Mali 31/08/2020 Idelette Bissuu
© Fournis par Journal du Mali Des comédiens et danseurs malentendants de trois écoles spécialisées du Mali présentent les 4, 5, 6 septembre 2020 à Bamako des chorégraphies de danse et des pièces théâtrales. L’annonce a été faite ce 31 août lors d’une conférence de presse à l’école spécialisée de Bamako. La culture à travers la danse et la musique dans un style rare et presqu’inédit va encore faire valoir ses compétences sous le sol malien. Cette fois c’est avec le projet « Parole de corps » qui met en scène des jeunes artistes malentendants sur des pas de danse exceptionnels et des scènes théâtrales. Des moments intenses d’émotions et de messages qui vont être communier avec le public attendu nombreux les 4, 5, 6 septembre 2020 au cinéma El Hilal de Médina Coura dans la capitale malienne à partir de 19 heures. Entamé en novembre 2019 avec une fin pour cette première édition envisagée novembre 2020, « Parole de corps » se veut être un projet qui ambitionne de donner la parole aux jeunes malentendants à travers des formations dans les métiers de la scène notamment, la danse et le théâtre. Pendant ces deux années de formation, les jeunes issus de trois écoles spécialisées du Mali ont été assidus à des heures entières de cours théoriques et pratiques avec des enseignants et des professionnels du secteur de la culture. Pour cette première promotion du projet, trois écoles spécialisées de Bamako, de Koutiala, et de Ségou y ont participé. Ils sont au total 41 lauréats dont 13 de Bamako, 12 de Ségou et 16 de Koutiala qui ont appris les métiers de danseur, metteur en scène et chorégraphe. Après 44 mois de formation avec six professeurs, 3 assistants et plusieurs intervenants, la quarantaine de jeunes comédiens et danseurs malentendants vont à travers une « restitution finale » de l’ensemble de la formation, jouer pendant trois jours au cinéma El  Hilal de Médina Coura ,« 10 créations originales en danse et théâtre », devant un public qu’ils espèrent nombreux.   © Fournis par Journal du Mali   Parole de corps est un projet innovant qui s’insère désormais dans le paysage culturel malien. Porté par la compagnie Famu Danse (l’association malienne créée en 2017 par le danseur et chorégraphe malien professionnel Daouda Keita), l’initiative travaille en collaboration avec les jeunes malentendants des écoles spécialisées du Mali, avec des acteurs culturels, Oxfam ainsi que la Direction du développement et de la coopération suisse. Parole de corps se présente aussi comme un acteur de développement socio-économique. Les initiateurs du projet, en se positionnant comme militants d’un changement, visent à travers cette formation donnée aux jeunes filles et garçons malentendants du Mali, contribuer dans la lutte contre le chômage de ces personnes vivant avec un handicap, en facilitant l’insertion socioprofessionnelle de ces derniers dans les arts de scène. Daouda Keita, le directeur artistique de Parole de corps, l’exprime mieux quand explique que « nous les formons en leur donnant des compétences en danse et en théâtre ». Pour lui, l’objectif est que ces jeunes porteurs de handicap puissent à travers la culture « contribuer à la vie citoyenne ». A travers la danse classique, moderne ou traditionnelle transmises à ces jeunes sou forme de savoir; c’est une main tendue au monde de l’emploi qui n’est plus à ignorer. Tout en espérant que cette initiative perdure, la chargée de production de Kumasô estime que « c’est une opportunité et une expérience au niveau du théâtre de travailler avec ces enfants ». Abondant dans le même sens, Sitan Coulibaly de Oxfam à travers Voice précise que « nous espérons qu’au bout de quelques années, ce projet va contribuer à l’insertion socio-économique, tout en favorisant l’épanouissement et l’autonomisation » des jeunes malentendants lauréats de ce projet. Les jeunes malentendants scolarisés au Mali dans leurs espérances professionnelles, rêvent d’un lycée spécialisé et de pouvoir poursuivre leurs études universitaires dans leur pays dans l’optique de s’affirmer et de contribuer au développement national dans toutes les disciplines. Le programme détaillé ici. Idelette BISSUU              

Cet article Mali : « Parole de corps » ou l’art au service de l’inclusion sociale est apparu en premier sur Journal du Mali.

Publicité
Publicité

Plus de Journal du Mali

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon