Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Sierra-Leone : des jours après l'accident, les victimes en soins intensifs

logo de Euronews Euronews 19/11/2021

Le drame est survenu le 5 novembre quand un camion-citerne percuté par un autre poids lourd à une station essence a explosé dans une zone industrielle de la capitale Freetown.

Les survivants de l'explosion en Sierra Leone répondent toujours aux traitements. © Les survivants de l'explosion en Sierra Leone répondent toujours aux traitements. Les survivants de l'explosion en Sierra Leone répondent toujours aux traitements.

Quelques survivants de l'incendie du 5 novembre dernier à Freetown sont toujours en soins intensifs.

L'accident a fait 144 morts et 57 blessés dont 11 dans une situation critique. Cet homme fait partie des victimes, il a été admis dans une clinique privée

"Je remercie Dieu pour mon état. Il s'améliore progressivement. J'ai perdu beaucoup de mes amis au Wash Car. Mais je prie pour que Dieu m'accorde un prompt rétablissement."

Voici l'hôpital militaire 34 à Freetown, en Sierra Leone. Derrière moi, vous pouvez voir une unité spéciale, l'unité des grands brûlés, où les patients sont admis et traités. Beaucoup de ces personnes ont souffert de l'accident tragique du 5 novembre explique Eric Kawa, le correspondant d'Africanews.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Le mari d'Aminata Kamara fait partie des patients admis à l'hôpital militaire 34 de Freetown et se remet peu à peu de ses brûlures.

"Il était en congé le vendredi soir et ils m'ont appelé pour me dire qu'il avait été touché par l'incident, alors j'ai dû me précipiter ici le lendemain et je l'ai rencontré dans un état critique. Mais nous remercions Dieu pour son état actuel et que Dieu bénisse les agents de santé qui le soignent."

Le capitaine Alimamy David Fornah est le chef de service en charge de l'unité des brûlés de l'hôpital militaire 34. Tout comme lui, des médecins spécialistes étrangers sont arrivés dans le pays afin d'apporter leur expertise.

"Nous travaillons en collaboration avec tous les services de l'hôpital, comme le service de physiothérapie et le service de chirurgie. Parce qu'il est très difficile d'obtenir leurs veines, sauf que nous avons besoin d'anesthésiques pour nous aider à le faire. Nous avons également des travailleurs sociaux qui les conseillent, parlent avec eux et leurs proches. Enfin, nous avons des hygiénistes qui veillent à ce que l'environnement soit propre."

La majorité des victimes pour la plupart des vendeurs ambulants et des motocyclistes piégés par les flammes alors qu'ils tentaient de récupérer le carburant s'échappant du camion-citerne, recherchent de nouveaux moyens de subsistance.

"Mes enfants et moi avons pu nous sortir de cet incident. Pour cela, nous remercions Dieu. Ce n'était pas facile avec la catastrophe. C'est ici que je fais habituellement mes affaires, et c'est de là que je dépends pour survivre. Je ne me sens pas bien à l'heure où je vous parle, nous n'avons encore reçu d'aide de personne. Alors nous continuons à demander de l'aide pour pouvoir continuer à faire notre travail.

Le drame est survenu le 5 novembre quand un camion-citerne percuté par un autre poids lourd à une station essence a explosé dans une zone industrielle de la capitale Freetown.

Publicité
Publicité

Plus de Euronews

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon