Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Stéphane Israël, PDG d’Arianespace: "Il y avoir une nouvelle ruée vers l'espace"

logo de BFMTVBFMTV 13/01/2021

Sur BFM Business, Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, est revenu sur une nouvelle guerre des étoiles qui opposent l'Europe aux géants américains comme SpaceX et demain Amazon.

Stéphane Israël, PDG d’Arianespace © BFM Business Stéphane Israël, PDG d’Arianespace

La guerre des étoiles a commencé. Sur BFM Business, Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, a expliqué les nouveaux enjeux de l'Europe face, notamment aux Américains, SpaceX en tête.

Selon le dirigeant, les constellations de satellites de communication formeront une "alliance de la 5G et de connexion satellitaires (...) pour faire l'internet des objets, les voitures autonomes". "Il va y avoir une nouvelle ruée vers l'espace avec ces grands projets dans la banlieue proche de la Terre".

"Ces satellites servent à améliorer la connectivité pour donner de la souveraineté numérique à l'Europe. C'est une forme de résilience. Ces services sont utilisés pour l’Europe et même l'Afrique", explique Stéphane Israël.

Le patron d'Arianespace rappelle que 2020 a été l'année de l'accélération du lancement de constellations. SpaceX a déjà lancé Starlink.

"OneWeb, un projet que nous soutenons depuis l'origine a été repris par deux acteurs, le gouvernement britannique et l'opérateur de télécom indien Bharti. Amazon a dit qu'il voulait mettre 3000 satellites en orbite", note Stéphane Israël.

Le spatial moins cher que le terrestre

Stéphane Israël rappelle que la constellation européenne partira en deuxième partie de décennie. "Non, ça ne sera pas trop tard, il faut mettre toutes nos énergies pour que ce projet se concrétise".

En plus de cette nécessité technologique, les coûts de ces lancements pourraient être compétitifs pour les nouvelles connectivités.

"Ça se compte en unité de milliards, plutôt qu'en dizaine ou en centaine. C'est très intéressant parce que quand vous prenez d'autres grands projets d'infrastructures terrestres et liés aux télécommunications avec la fibre, c'est en fait beaucoup plus cher. Finalement, le spatial ne coûte pas si cher, ce sont des investissements assez modiques en comparaison", explique Stéphane Israël.

Si SpaceX est le grand concurrent, la société d'Elon Musk est aussi perçue comme l'aiguillon qui pousse au changement. "Cette concurrence nous donne des leviers pour un système plus efficace", estime le dirigeant.

Emmanuel Macron a rappelé que le plan de relance, annoncé en septembre pour faire face aux conséquences de la crise du Covid-19, allait consacrer 500 millions d'euros à cette industrie pour "accélérer les projets" en cours "pour les deux années qui viennent".

Publicité
Publicité

Plus de BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon