Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Suspension du rachat de Twitter: la lutte contre les faux comptes, un prétexte pour Elon Musk?

logo de BFMTV BFMTV 13/05/2022

Le dirigeant de Tesla et SpaceX suspend son projet de rachat de Twitter, en raison des faux comptes qui y pullulent. Un argument étonnant compte tenu de ses précédentes déclarations.

VIDÉO SUIVANTE
VIDÉO SUIVANTE

Elon Musk veut-il se trouver un prétexte pour renoncer au rachat de Twitter, ou largement revoir le prix à la baisse? Ce sont les deux hypothèses les plus plausibles, alors que le milliardaire a annoncé ce vendredi 13 mai avoir mis en pause le processus de rachat de la plateforme. En cause, selon ses explications, le nombre de faux comptes et arnaques qui polluent le réseau social.

Le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk © FREDERIC J. BROWN / AFP Le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk "L'accord est temporairement suspendu dans l'attente de détails concernant les calculs selon lesquels les faux comptes et les spams représentent effectivement moins de 5% des utilisateurs", a déclaré l'homme d'affaires.

La raison invoquée par Elon Musk pour suspendre l’opération peut surprendre pour plusieurs raisons.

Lutte contre les faux comptes

Juste après avoir formulé son offre de rachat de la plateforme, Elon Musk avait évoqué le sujet dans le cadre d’une interview. Il mentionnait alors ce qui constituait à ses yeux une priorité absolue: “éliminer les arnaques et les spams, ainsi que les bots”.

Dans un tweet datant du 21 avril, il se montrait encore plus catégorique.

“Si notre offre sur Twitter va au bout, nous vaincrons les spams et les faux comptes, ou mourrons en tentant de le faire!” promettait alors Musk.

Par ailleurs, l’article de Reuters mentionné par Elon Musk ce 13 mai dans son tweet évoque une proportion de 5% de faux comptes, communiqué par l’entreprise elle-même. Mettant en doute la fiabilité de ces données, Elon Musk met la pression sur l’entreprise afin que la méthodologie de ce calcul lui soit détaillée.

Une demande qui aurait toutefois pu être quelque peu anticipée: comme a pu le vérifier BFMTV, Twitter communique ce même chiffre de 5% de faux comptes ou comptes d’arnaque depuis près d’une décennie.

Dans l’intégralité des comptes trimestriels transmis par l’entreprise aux autorités financières américaines depuis 2014, elle rappelle que cette proportion de 5% est le fruit d’une estimation imparfaite et que le chiffre réel de faux comptes et d’arnaques est susceptible d’être supérieur.

Même s’il obtenait la méthodologie exacte du calcul, Elon Musk serait donc assuré de pouvoir le remettre en cause.

Twitter, aux dépens de Tesla

Depuis quelques jours, de nombreux analystes mentionnent les incertitudes qui planent autour de ce rachat emblématique.

Le 9 mai dernier, le cabinet Hindenburg Research, spécialisé dans l’analyse financière, évoquait “un risque significatif que le rachat de Twitter se fasse à un prix plus bas” que le prix initial proposé par Musk (44 milliards de dollars).

Les doutes sur la concrétisation du rachat de Twitter par Elon Musk sont étroitement liés à la situation sur les marchés financiers, largement en baisse dans le secteur des nouvelles technologies au cours des dernières semaines.

Parmi les principales valeurs concernées figure Tesla, l’entreprise la plus importante d’Elon Musk, qui a vu sa valeur s’effondrer de près de 30% depuis l’annonce du rachat de Twitter.

Parmi les raisons de cette dépréciation, la peur de certains investisseurs que Musk accorde moins de temps au constructeur de voitures électriques, mais aussi qu’il soit contraint de céder une part importante de ses actions pour financer l’acquisition du réseau social.

Fin avril, Elon Musk assurait que Twitter ne constituait pas pour lui un enjeu économique, mais sociétal, avec une volonté d’élargir la liberté d’expression. Mais ce sont bien des impératifs financiers - et la perspective d'un endettement spectaculaire - qui pourraient le conduire à renoncer, quitte à mettre en avant une argumentation inattendue pour garder la tête haute et éviter une éventuelle sanction d'un milliard de dollars.

A l'ouverture de la bourse américaine ce 13 mai au matin, Tesla prenait 5%, tandis que Twitter chutait de 10%.

Publicité
Publicité

Plus d'info: BFMTV

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon