Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Tigre blanc euthanasié : les animaux en captivité vivent-ils plus vieux qu’en liberté ?

logo de Le ParisienLe Parisien 16/09/2020 V.Md.
L’espérance de vie des carnivores, rongeurs, primates et marsupiaux est supérieure en zoo dans plus de 80% des cas. © Istock L’espérance de vie des carnivores, rongeurs, primates et marsupiaux est supérieure en zoo dans plus de 80% des cas.

À en croire le parc animalier de Beauval, le tigre blanc Sherkan, qui a cessé de rugir à 18 ans, n'aurait jamais atteint cet âge s'il avait grandi dans son milieu naturel. Mais qu'en est-il des autres espèces qui peuplent les zoos de la planète? Leur longévité s'accroît-elle derrière des grilles ou dans un bassin comparativement à une existence dans le désert, les forêts tropicales ou les océans?

Selon une vaste étude dévoilée il y a près de quatre ans par la revue « Scientific Reports » et menée par une équipe européenne composée de plusieurs chercheurs français du CNRS, « les mammifères vivent en majorité plus longtemps en captivité ».

L'enquête porte sur 59 espèces réparties en huit ordres dont les carnivores, les rongeurs, les primates et les marsupiaux. Elle montre que pour 84 % d'entre elles, l'espérance de vie est supérieure en zoo. C'est que « les risques de mortalité prématurée dans la nature sont élevés » à cause de la famine, des conditions climatiques extrêmes, de la prédation et de la compétition entre espèces ou au sein d'une même famille d'animaux. Mais les « bénéfices » de la captivité sont « moindres » chez les espèces dites « longévives », c'est-à-dire dont la mortalité adulte est faible en conditions naturelles.

19 ans derrière les grilles… 13 en pleine savane

« Il existe même des cas où l'espérance de vie est identique voire inférieure en captivité, comme chez les éléphants d'Asie et d'Afrique ou les primates », nuance ainsi l'étude. Autre enseignement : le fait d'être un prédateur dans la nature ne garantit pas forcément un destin « tranquille ».

Sur les quinze espèces de carnivores décryptées, « toutes ont une longévité moyenne plus longue en zoo qu'en milieu naturel ». Celle du renard, par exemple, atteint douze ans dans un espace clos contre trois ans quand il est en liberté. Pour le lion, c'est dix-neuf ans derrière des grilles contre treize dans la savane.

Pour ce qui est des cétacés (orques, dauphins…), les conclusions ne sont pas les mêmes. Plusieurs études américaines ont démontré que leur espérance de vie pouvait être jusqu'à deux fois plus courte en captivité qu'à l'état sauvage en raison, entre autres, de l'étroitesse des bassins et du stress provoqué.

Publicité
Publicité

Plus d'info: Le Parisien

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon