Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le Maroc appelle à instituer l’éducation au développement durable comme une priorité impérative

logo de Journal de Kinshasa Journal de Kinshasa 18/05/2021 APA
© Fournis par Journal de Kinshasa

La présidente de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement au Maroc, la Princesse Lalla Hasnaa, a appelé, lundi, la communauté internationale à s'engager résolument, pendant cette décennie, à instituer l'éducation au développement durable comme une priorité impérative, soulignant le caractère urgent de cette action.

Dans un message-vidéo diffusé lors de la grande session plénière de la Conférence mondiale de l'Unesco sur l'éducation au développement durable, qui se tient du 17 au 19 mai sous forme virtuelle, la Princesse Lalla Hasnaa a affirmé que la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement s'emploie, depuis plus de deux décennies, à développer différents programmes destinés à réduire ou supprimer l'impact négatif de l'Homme sur la nature. « Chargée de l'enseignement et de la transmission des savoirs, l'école est, plus largement et plus prioritairement encore, un espace d'éducation et de transmission des valeurs. Eduquer la jeunesse au respect de l'environnement, c'est croire à la promesse d'un monde nouveau plus harmonieux et durable », a-t-elle soutenu.

Selon elle, « l'éducation au développement durable, thème qui nous réunit aujourd'hui, est la clé de la réussite », exprimant sa fierté du partenariat liant la Fondation et l'Unesco « avec qui nous œuvrons de concert depuis 2020 pour que soit intégrée l'éducation à l'environnement, dans les curricula (scolaires), à tous les niveaux jusqu'au baccalauréat ».

A cet égard, le Maroc est l'un des trois pays dans le monde qui mène une expérience pilote pour le programme Global Schools de l'Unesco, a fait observer Lalla Hasnaa. «Une génération nous sépare du sommet de Rio », a-t-elle constaté, estimant qu'il était impératif de réfléchir aux motivations qui ont pu freiner l'introduction de l'enseignement au développement durable dans les curricula.

Publicité
Publicité

Plus de Journal de Kinshasa

Journal de Kinshasa
Journal de Kinshasa
image beaconimage beaconimage beacon