Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Reprise des activités d’haltérophilie et de la culture physique en République démocratique du Congo

logo de Agence Congolaise de Presse Agence Congolaise de Presse 02/09/2020 Agence Congolaise de Presse

Kinshasa, 02 sept 2020 (ACP).- Le président de la Fédération congolaise d’haltérophilie et de la culture physique (FECOHAC), Patrice Ndumbi a tenu mercredi, dans la commune de Ngiri- Ngiri, la réunion de relance des activités sportives suspendues lors de l’état d’urgence sanitaire.

A cet effet, le président Ndumbi a ordonné à tous les athlètes de respecter les gestes barrières contre la propagation du coronavirus et de passer au centre médical du Stade des martyrs pour un contrôle avant l’exercice des entrainements. Cela, avant de présenter à l’assistance le calendrier des préparatifs à la participation de l’équipe nationale junior au championnat africain programmé au mois d’octobre au Kenya et celui des préparatifs de l’ensemble des clubs- toutes les catégories confondues- du championnat national de novembre 2020.

Une tournée du président Ndumbi aura lieu dans les tous prochains jours à l’arrière-pays ,le ton sera donné le week-end à Lubumbashi ,dans le Haut-Katanga avant les autres provinces de la partie Est du pays sans , naturellement , oublier d’autres contrées.. Il sera question d’inspecter et de raviver l’effectivité de l’action impulsive des ligues pour un bon déroulement de cette discipline à travers toute l’étendue du pays.

Quid de l’Haltérophilie

L’haltérophilie n’est pas à confondre avec ses dérivées, la force athlétique, le bras de fer et la musculation, a fait savoir à l’ACP au terme de la rencontre, le secrétaire général de la FECOHAC, Stéphane Ndongala.

Cette discipline d’origine grecque parmi les meilleures retenues aux jeux mondiaux d’Olympe, est aujourd’hui assez développée en Chine, en Egypte et au Cameroun. « Sa mise en œuvre est bipolaire. Tout d’abord, la première phase appelée ’’arracher’’ est réalisée lorsque l’athlète parvient spontanément à prendre une lourde barre, à la relever avant de la soulever en haut », a dit Ndongala. La deuxième phase dite ‘’épauler-jeter’’, consiste à se mettre en position accroupie pour soulever une barre plus lourde jusqu’aux épaules jusqu’à la soulever très haut. ACP /ZNG/KJI

Publicité
Publicité

Voir plus de

Agence Congolaise de Presse
Agence Congolaise de Presse
image beaconimage beaconimage beacon