Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Yamoussoukro – Célébration de l’Aïd El Kébir ou Tabaski L’imam exhorte les politiques à la paix et à la réconciliation

L' Intelligent d' Abidjan 21/07/2021 L'Intelligentd'Abidjan

Dernère publication 21/07/2021 à 02:27 min

Dans son sermon, après les deux rakats qui ont sanctionné la prière de célébration de l’aïd el kébir ou la Tabaski le mardi 20 juillet 2021 , Seydou Sylla, l’imam principal de la grande mosquée centrale de Yamoussoukro a saisi l’occasion pour interpeller une fois de plus les populations ivoiriennes, mais particulièrement les hommes politiques, sur la nécessité pour tous de revenir aux valeurs de cohésion sociale, de paix, d’union, d’entente , de solidarité et de réconciliée vraie entre les filles et fils de la Côte d’Ivoire .

« (…) Qui ne se souvient pas de la décennie perdue de la crise alimentée par les querelles politiques interminables, la division, la, division des Ivoiriens et même la guerre que le pays a connue ? », a-t-il interrogé. Il a, à cet effet, salué les efforts déployés par le président Ouattara et le gouvernement d’instaurer un climat politique apaisé, avec notamment le retour en Côte d’Ivoire de nombreux Ivoiriens exilés à la faveur de la crise postélectorale de 2010. « C’est un grand signe de pardon et de réconciliation que nous devons encourager et soutenir. Hommes, femmes et jeunes par amour pour notre beau pays, œuvrons tous pour la paix et le développement de la Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué .Par ailleurs, le guide religieux a invité ses coreligionnaires à respecter les mesures préventives afin de stopper la propagation du virus de la covid-19. Aussi, a-t-il demandé à ces fidèles musulmans à se faire vacciner. Pour finir l’imam Sylla a lancé un appel à l’ensemble des musulmans de Côte d’Ivoire, de faire en sorte, à continuer de perpétuer les vertus cardinales de l’islam, à savoir : une religion de paix, de tolérance, de l’acceptation du droit à la différence. « Chaque musulman doit œuvrer à la promotion de l’entente, de la concorde et de la cohésion entre filles et fils de ce beau pays. Prenons toute notre place et toute notre part dans l’œuvre de cohésion sociale de Côte d’Ivoire », a-t-il souhaité .Avant d’imiter le geste d’Abraham, qui est l’acte d’immolation d’un bélier.

Harry Diallo à Yamoussoukro

Publicité
Publicité

Voir plus de L'Intelligent d'Abidjan

image beaconimage beaconimage beacon