Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Les enseignements d’un scrutin

logo de El Watan El Watan 29/11/2021 Anis Khecheba
© Fournis par El Watan

Même si la tendance abstentionniste se poursuit, il y a eu toutefois, eu égard probablement à l’intérêt «direct» que présentent ces élections pour le citoyen, une légère amélioration par rapport aux deux précédents rendez-vous électoraux.

L’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a annoncé, samedi soir, un taux de participation de 35,97% pour les élections des membres des Assemblées populaires communales (APC) et 34,39% pour les APW.

Même si la tendance abstentionniste se poursuit, il y a eu toutefois, eu égard probablement à l’intérêt «direct» que présentent ces élections pour le citoyen, une légère amélioration par rapport aux deux précédents rendez-vous électoraux, les législatives de juin dernier et le référendum sur la Constitution du 1er novembre 2020, qui n’ont enregistré qu’un taux de participation de 23%.

Dernière étape du processus de renouvellement des instances élues, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui en avait fait son credo lors de sa campagne électorale pour l’élection présidentielle qui l’avait fait élire, aurait sûrement souhaité un meilleur chiffre.

Or, vu le contexte dans lequel se sont tenues les élections, avec une situation politique marquée par beaucoup d’arrestations et le boycott de plusieurs partis de l’opposition, ce résultat était plutôt prévisible.

Bien entendu, les lectures différeront selon le positionnement de chacun par rapport à la participation ou non au scrutin.

Les participants se sont félicités de la tenue de ces locales dans des conditions «normales», comme d’ailleurs l’a fait remarquer Mohamed Charfi, le président de l’ANIE, même si le Front des forces socialistes (FFS) avait dénoncé, le jour du vote, dans un communiqué signé par son premier secrétaire national, Youcef Aouchiche, «de nombreux abus qui ont entaché le processus électoral à ses premières heures, affectant son intégrité».

Les boycotteurs, quant à eux, ont mis en relief la persistance de la désaffection –les élections locales ayant habituellement attiré plus d’électeurs que les autres rendez-vous – assimilée, selon eux, à un refus exprimé par les électeurs de légitimer le processus proposé.

Retrouvez l’intégralité de nos articles sur la version papier

L’article Les enseignements d’un scrutin est apparu en premier sur El Watan.

Publicité
Publicité

Plus d'info: El Watan

image beaconimage beaconimage beacon