Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Pékin donne son blanc-seing

logo de L' ExpressionL' Expression il y a 4 jours Smaïl ROUHA

Les deux pays ont mis en place un calendrier pour la concrétisation des accords stratégiques.

Reçu en audience par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le conseiller d'Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a réitéré le soutien de la Chine à l'Algérie pour préserver son indépendance et son intégrité territoriale. Une déclaration forte de sens et intervenant dans un contexte particulier. Un contexte marqué par une escalade marocaine contre l'Algérie, notamment après les propos inadmissibles de son ambassadeur à New York qui a affiché le soutien du Makhzen aux indépendantistes du Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK). Une manoeuvre orchestrées contre le peuple algérien dans le but d'ébranler sa stabilité et son unité. Des manoeuvres que la Chine, en tant qu'allié politique, économique et stratégique de l'Algérie, dénonce, en réaffirmant son soutien à l'Algérie. Un soutien récemment affiché par l'ambassadeur de Chine en Algérie, Li Lianhe, qui a, en mars dernier, dans une tribune intitulée «Walking the development road together (marcher ensemble sur la voie du développement)» parue dans l'emblématique quotidien China Daily, déclaré que la «Chine continuera, comme toujours, à soutenir l'Algérie dans sa quête d'une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et s'opposera fermement à toute ingérence extérieure dans ses affaires intérieures». Une position reflétant le lien solide unissant l'Algérie et la Chine, un paradigme exemplaire pour les relations internationales. Des relations qui ont, de tout temps été le catalyseur des relations sino-algériennes depuis la reconnaissance par la Chine en 1958 du Gouvernement provisoire de la République algérienne, devenant ainsi l'une des premières grandes puissances à reconnaître le combat de l'Algérie pour son indépendance. Une délégation du FLN, conduite par Krim Belkacem, Abdelhafid Boussouf et Ahmed Francis, a été même reçue, en 1960, par Mao Tse Toung. Tandis qu'en 1971, l'Algérie avait joué un rôle primordial dans l'entrée de la Chine, au Conseil de sécurité des Nations unies, en présentant la résolution qui lui a permis d'effectuer son retour à l'Assemblée générale des Nations unies. Les relations entre les deux pays, sans même revenir au Mouvement des Non-Alignés et à la conférence de Bandung en 1955, tiennent dans un partenariat stratégique global signé en 2014. Une coopération appelée à se renforcer davantage dans le cadre de l'initiative de «La ceinture et la Route». À cet égard, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra, a souligné que «les entretiens ont permis de passer en revue le partenariat stratégique liant les deux pays, le constat étant que l'Algérie et la Chine ont réussi à réaliser beaucoup de points», tout en relevant l'existence d'opportunités pour «avancer dans plusieurs domaines, au niveau continental». Dans ce cadre, un accord pour la mise en place d'un calendrier permettant la concrétisation des accords stratégiques a été mis en place par les deux parties -animées par une forte volonté de propulser le partenariat- relevant que les accords seront signés, une fois prêts. «Je suis persuadé de la concrétisation effective de ces étapes importantes qui devront hisser notre partenariat», a-t-il dit. Au plan international, Wang Yi a mis en avant la convergence de vues entre Pékin et Alger, en particulier en ce qui concerne la cause palestinienne, la pertinence de l'initiative de paix arabe et le soutien de la Chine à la solution des deux Etats pour une vie entre les deux parties, dans la sécurité et la stabilité. Outre la crise au Moyen-Orient, les deux parties ont également évoqué la crise en Libye, le conflit au Sahara occidental et le développement du continent africain. À ce sujet, Wang Yi a réitéré le soutien de la Chine aux pays en voie de développement et qu'elle est à leurs côtés dans le contexte mondial actuel marqué par de grands changements sans précédent depuis un siècle.

Publicité
Publicité

Voir plus de L'Expression

image beaconimage beaconimage beacon