Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Légalisation du cannabis : Passe d’arme entre le PJD, le PAM et Laftite

logo de Yabiladi Yabiladi 22/04/2021 Mohammed Jaabouk
© Fournis par Yabiladi

Le ministre de l’Intérieur a présenté, cet après-midi devant la Commission de l’Intérieur et des Collectivités locales à la Chambre des représentants, le projet de loi n°13.21 légalisant l’usage du cannabis à des effets thérapeutiques et industriels.

Dans son allocution, Abdelouafi Laftite a souligné que le contexte international est désormais favorable à une révision des lois interdisant la culture de la plante au Maroc. Ainsi, il a rappelé que le 2 décembre, lors des travaux de la Commission onusienne des stupéfiants, le royaume a voté en faveur d’une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) portant sur le retrait du cannabis du tableau IV de la Convention unique de 1961, reconnaissant enfin son utilité médicinale et thérapeutique.

Le ministre a affirmé que le projet de la légalisation partielle du cannabis a été précédé par la réalisation d’études d’impact ayant montré que le Maroc à des opportunités pour le développement d’une industrie cannabique. Laftite a cité particulièrement la qualité de ses terres et de son climat ainsi que sa proximité géographique avec l’Union européenne «connue pour son engouement pour les produits industrialisés à base de cannabis».

Relire la vidéo

La séance de ce jeudi a été marquée par une intervention du président du groupe des députés du PJD, Mustapha Ibrahimi, demandant au ministre de l’Intérieur de lui présenter d’abord l’étude d’impact, citée par Laftite dans son exposé, avant de passer au vote. Une requête qui a généré quelques moments de tension avec le président de la Commission de l’Intérieur, Hicham Mohajri du PAM, qui a estimé que l’heure n’est pas au débat du projet de loi organique n°13.21. Et d’inviter le PJDiste à patienter quelques minutes lors de la réunion du bureau de la Commission de l’Intérieur pour la présentation par les différents groupes de leurs propositions d’amendements du texte du gouvernement El Othmani.

Nouveau moment de tension lorsque le député Addi Bouaarfa du PAM a pris la parole pour demander le nom du groupe ayant refusé que le projet ne soit examiné par la Commission de l’Intérieur, suscitant ainsi la colère du PJD. Là aussi Mohajri est intervenu pour interrompre son collègue pamiste et annoncer la levée de la séance.

Publicité
Publicité

Plus de Yabiladi

image beaconimage beaconimage beacon