Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala

logo de Yabiladi Yabiladi 23/06/2022 Mohammed Jaabouk
© Fournis par Yabiladi

La diplomatie marocaine des produits fertilisants gagne un nouveau terrain en Amérique latine. Le président de la république du Guatemala, Alejandro Giammattei, a annoncé que «le Royaume du Maroc a proposé d'installer une usine d'engrais sur le territoire guatémaltèque», rapporte mercredi un média local.

«L’unité sera destinée à approvisionner l'Amérique latine et nous en profiterons car ils nous donneront des produits à un coût beaucoup plus bas, parce que nous n'avons pas à payer le transport ou les conteneurs. Ce sera beaucoup moins cher avec une production locale», s’est-il félicité lors d'une réunion du conseil national de développement urbain et rural. Le chef de l’Etat a affirmé que la signature de l’accord, en présence du roi du Maroc, se fera prochainement, ajoute la même source médiatique.  

Le président Giammattei a noté que même si ces derniers jours il y a eu une baisse des prix des intrants agricoles sur le marché mondial, le gouvernement envisage la possibilité d'importer également des engrais de qualité d'Europe et à de meilleurs prix du Maroc. L'objectif, selon le président, est de mettre les quantités importées à la disposition des associations de petits agriculteurs.

Au même titre que l’Argentine, le Brésil et le Chili, le Guatemala n’a jamais reconnu la «république arabe sahraouie démocratique (RASD)». Ce pays a été parmi les rares Etats à se féliciter de la reconnaissance par le président des Etats-Unis, Donald Trump, actée le 10 décembre 2020, de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

L’invasion russe de l’Ukraine, décrétée le 24 février par le président Vladimir Poutine, a permis au Maroc de s’imposer sur le marché international des produits fertilisants, comme une alternative fiable à la Russie. Le Brésil, le géant agricole en Amérique latine, a en effet envoyé en mai dernier une délégation au Maroc, conduite pas son ministre de l’Agriculture, Marcos Montes, pour négocier l’augmentation des exportations d'engrais par l'Office chérifien des phosphates (OCP).

Le Pérou, un pays reconnaissant la «RASD», compte suivre l'exemple du Guatemala. Son ministre de l’Agriculture Oscar Zea, a révélé, en mai, avoir discuté avec des représentants du gouvernement marocain la possibilité d’acheter davantage d’engrais.

Publicité
Publicité

Plus de Yabiladi

image beaconimage beaconimage beacon