Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Remède au coronavirus – La Guinée équatoriale se met au Covid-Organics

logo de L' Express de Madagascar L' Express de Madagascar 30/04/2020 L' Express de Madagascar
© Présenté par

Une première commande de Covid-Organics a décollé hier de l’aéroport d’Ivato. La Guinée Équatoriale est la destination d’une cargaison de onze mille cinq-cents doses de CVO.

Favoriser la compétence et la coopération africaine. C’est dans cet état d’esprit que la Guinée Équatoriale a décidé de choisir l’option du Covid-Organics (CVO), pour booster la lutte contre le coronavirus sur son territoire. Il s’agit du premier pays a importé le remède traditionnel amélioré « vita Malagasy ».

L’avion spécial affrété par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée Équatoriale, a atterri à Ivato, à 15 heures 15 minutes, hier. À son bord, une petite délégation menée par Mitoha Ondo’o Ayekaba, vice-ministre de la Santé de cet État côtier d’Afrique centrale. Une escapade éclaire sur la Grande île donc, le temps d’embarquer un lot de onze mille cinq-cents doses de CVO.

« Je suis dépêché ici d’abord, pour féliciter Madagascar d’être le premier à élaborer un remède du coronavirus. En tant qu’Africain, c’est un point important. Notre Président accorde, justement, une part importante à la valorisation des compétences et de coopération africaine », sont les mots du vice-ministre de la Guinée Équatoriale. À l’entendre, la situation de l’épidémie dans le pays est relativement similaire à celui de Madagascar.

Un don présidentiel

Avec deux-cent cas de contamination répertorié, « dont la majorité sont des cas asymptomatiques », selon son vice-ministre de la Santé, la Guinée Equatoriale compte, néanmoins, un décès dû au coronavirus. La cargaison de Covid-Organics livrée hier, se compose de dix mille doses de « traitement préventif », et de mille cinq-cents « traitements curatifs ».

Le terme « traitement curatif », inscrit sur une partie des cartons embarqués à bord de la l’aéronef affrété par la Guinée Equatoriale a intrigué. Questionné sur le vif, le docteur Charles Andrianjara, directeur général de l’Institut malgache de recherche appliquée (IMRA), a juste indiqué que « la différence entre le traitement préventif et curatif consiste dans le dosage à administrer aux patients ».

Avant de se hâter pour accompagner la délégation guinéenne jusqu’à son avion, le numéro de l’IMRA a lancé que l’Institution compte publier une fiche technique du CVO. En attendant, la formule à base d’Artemisia séduit, visiblement, des Chefs d’État africains. Outre la Guinée Équatoriale, le général Umaro El Mokhtar Sissoco Embalo, président de la Guinée Bissau, a passé une commande de CVO, lors d’une visioconférence avec Andry Rajoelina, président de la République, lundi.

L’avion affrété par la Guinée Bissau arriverait, aujourd’hui, selon les informations. Felix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (RDC), et Macky Sall, président du Sénégal, ont aussi, fait part de leur intérêt envers le CVO durant des échanges avec le locataire d’Iavo­loha, la semaine dernière. Certains voient en l’intérêt des partenaires africains vis-à-vis du CVO une occasion de remplir les caisses dédiées à la recherche.

Lors de la présentation officielle du Covid-Organics, le 20 avril, il a été affirmé que les bénéfices de sa commercialisation iront à l’IMRA afin de booster ses travaux de recherche. L’État, pour l’heure, semble faire de la CVO un outil de séduction diplomatique et soigner ses relations avec les voisins du continent noir. Si en occident, Madagascar fait l’objet de raillerie, une partie de l’Afrique regarde d’un autre œil la Grande île depuis le lancement de son remède traditionnel amélioré.

Dans un élan diplomatique, la cargaison de Covid-Organics destinée à la Guinée Équatoriale est présentée par Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur, comme « un don du président de la République ». Il ajoute que, « l’important est de sauver la vie humaine où qu’elle soit, surtout chez nos amis africains ». Entreprendre l’exportation du CVO, son prix à l’international « est à voir », selon le membre du gouvernement.

Publicité
Publicité

Voir plus de L' Express de Madagascar

L' Express de Madagascar
L' Express de Madagascar
image beaconimage beaconimage beacon