Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Covid-19 : «Que se passe-t-il si je suis testé positif lors de vacances à l'étranger ?»

logo de Le Figaro Le Figaro 14/01/2022 www.lefigaro.fr
Centre de test Covid-19 à l'aéroport de Berlin, en Allemagne. © Stefanie Loos / AFP Centre de test Covid-19 à l'aéroport de Berlin, en Allemagne.

Cher Laurent,

Vous nous interrogez sur la situation où un voyageur français contracterait le Covid-19 lors d'un séjour à l'étranger, dans les jours précédant la date prévue de son retour en France. Pour rappel, depuis le 4 décembre, toute personne de 12 ans et plus arrivant en France doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 ou 48 heures en fonction du pays de provenance, qu'elle soit ou non vaccinée. Seule exception, celles présentant un schéma vaccinal complet n'ont pas à se soumettre à un test lorsqu'elles arrivent d'un État membre de l'Union européenne, d'Andorre, d'Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin, du Saint-Siège ou de la Suisse. Au-delà de ces exceptions, impossible donc de rentrer en France et d'embarquer à bord de son avion en cas de test positif, et ce même en l'absence de symptômes.

Tout dépend du pays.

Que faire donc si l'on doit prolonger son séjour après avoir contracté le virus sur place ? La réponse à cette question est plus difficile qu'il n'y paraît, chaque pays appliquant ses propres règles de test et d'isolement en cas de contamination au Covid-19, et ces dernières pouvant changer rapidement. Prenons quelques exemples. Aux États-Unis, dans l'État de New York, un isolement de 10 jours doit être respecté par toutes les personnes testées positives, qu'elles soient citoyennes américaines ou visiteurs étrangers. Si les autorités procèdent à des contrôles téléphoniques, les contaminés sont libres de choisir leur lieu de quarantaine (hôtel, location, appartement privé…). La municipalité a par ailleurs mis en place un dispositif d'hébergement de quarantaine gratuit pour les étrangers qui se verraient dans l'impossibilité de quitter le territoire à la date prévue en raison d'une infection au Covid-19.

En Tunisie, les touristes testés positifs à la sortie du territoire sont placés à l'isolement dans un centre de confinement « Covid » qui figure dans la liste officielle des lieux de quarantaine, souligne France Diplomatie qui précise que « l'ensemble des frais afférents au transfert et à l'hébergement est à la charge du voyageur ». Tandis qu'à l'Île Maurice, les vacanciers séjournant à l'hôtel et contaminés au cours de leur séjour sont placés à l'isolement dans une zone de l'établissement dédiée aux cas positifs de Covid-19 pendant 7 jours, voire 10 en cas d'apparition de symptômes. Bref, il y a autant de dispositifs que de destinations.

» LIRE AUSSI - Covid-19 : où peut-on voyager ? Notre carte des pays ouverts et des restrictions pour les touristes français

S'informer et s'assurer.

Avec l'arrivée du variant Omicron et le « raz-de-marée », selon l'Organisation mondiale de la Santé, de contaminations constaté dans de très nombreux pays, la possibilité d'attraper le Covid-19 lors d'un séjour à l'étranger est accrue, malgré toutes les précautions prises par les voyageurs. Mieux vaut donc anticiper cette éventualité si l'on prévoit un séjour en dehors des frontières de l'Europe ces prochaines semaines, et même en Europe si l'on n'est pas vacciné. Avant le départ, il faut s'informer, au-delà des conditions d'entrée dans le pays, sur les règles locales en vigueur en cas de contamination sur place. Et idéalement prendre une assurance voyage Covid-19 intégrant une clause de « retour impossible » ou de « prolongation de séjour ». Peu courantes, ces garanties couvrent en général une partie des frais d'hébergement (avec un plafond de 80-100€ par nuit et un nombre maximum de nuits), le rachat d'un vol retour (à hauteur de 800-1000€ en moyenne) ainsi qu'un certain nombre de frais accessoires (soutien psychologique, forfait téléphonique local, achat de biens de première nécessité…).

« Il faut lire minutieusement les conditions générales du contrat pour s'assurer que la garantie ne s'applique pas qu'en cas d'hospitalisation mais bien aux personnes testées positives sans symptômes », conseille David Dumont, président du comparateur d'assurance Insurly. Sur place, en cas de test PCR positif avant le retour, « mieux vaut contacter sa compagnie d'assurance avant d'engager le moindre frais afin de s'assurer, une nouvelle fois, de ce qui va être pris en charge et dans quelles limites ». Ne pas hésiter aussi à se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade de France sur place pour connaître les dispositifs en vigueur.

» LIRE AUSSI - Voyage et Covid-19 : comment bien choisir son assurance ? Notre tableau comparatif

Quid de mon billet d'avion ?

S'agissant du billet d'avion retour, la plupart des compagnies aériennes ont assoupli leurs conditions de modification et d'annulation et permettent ainsi aux voyageurs de reporter un vol sans frais. Tel est notamment le cas d'Air France avec son programme Air France Protect. « Nos billets sont modifiables quelque que soit le motif, sans pénalités de modification », confirme le service de presse de la compagnie qui précise que le voyageur devra toutefois, si le nouveau billet est plus cher, s'acquitter de la différence tarifaire. En cas de contamination au Covid-19, le client doit contacter Air France avant le décollage du vol prévu et fournir un justificatif de test positif. Il pourra ainsi demander un report de son retour à une date ultérieure, qui sera elle aussi modifiable.

Publicité
Publicité

Plus d'info : le figaro.fr

Publicité
image beaconimage beaconimage beacon