Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Au large du Cap-Bon : Découverte d’un sous-marin datant de la Première Guerre mondiale

logo de La Presse de Tunisie La Presse de Tunisie 16/10/2020 Haithem Haouel
Une fascinante découverte a été annoncée en pleine cacophonie politique par un groupe de plongeurs / explorateurs, gérants de Ras Adar, un site de plongée sous-marine à El Haouaria. Retour sur ce trésor trouvé, nommé l’Ariane, et qui repose depuis 1917 aux fins fonds des eaux du Cap-Bon.

C’est plus au Nord-Est que cette épave a été découverte par une équipe, déterminée à découvrir ce que cachent les côtes tunisiennes comme sites à explorer. Des sites profonds, souvent dissimulés et accessibles, et qui auraient connu de nombreuses batailles maritimes historiques. L’Ariane était la toute première découverte de la saison. Une partie du sous-marin reste quelque peu visible. D’après Selim Baccar, directeur du site de plongée, et en se référant aux affirmations d’experts, l’Ariane ne peut être que le sous-marin, anciennement basé au port de Bizerte et qui appartenait aux Français à l’époque. Le 3e découvert en Tunisie, mais l’unique, appartenant à la Première Guerre mondiale. Il aurait été coulé par un autre sous-marin allemand.

Selim Baccar revient sur les dessous de cette découverte : « Comme je gère Ras Adar, on doit souvent renouveler nos sites de plongée pour pouvoir renouveler nos clients, et avoir de nouveaux sites à proposer. D’ailleurs, on demandait aux pêcheurs souvent s’ils ont une idée des épaves, des rochers à approcher… La découverte a eu lieu dans le cadre de recherche d’épaves. Il est à noter qu’il y en a beaucoup au large des côtes tunisiennes. C’est souvent des bateaux-cargos ou des navires datant de la Seconde Guerre mondiale. Au début, on pensait que c’était une découverte ordinaire, mais en fouillant, il s’est avéré que c’était un sous-marin, pas n’importe lequel et qui cache toute une histoire : ces trésors datant de la Première Guerre mondiale deviennent en effet rarissimes !».

Il souligne également qu’au large des côtes tunisiennes, des épaves de bateaux, de navires existent parce que toute la Tunisie a connu fréquemment de nombreuses batailles navales. L’équipe exploratrice était composée de trois plongeurs, un capitaine et un marin.

crédit photo : © Ras Adar
Publicité
Publicité

Voir plus de La Presse de Tunisie

La Presse de Tunisie
La Presse de Tunisie
image beaconimage beaconimage beacon