Vous utilisez une ancienne version de votre navigateur. Veuillez utiliser une version prise en charge pour bénéficier d’une meilleure expérience MSN.

Zitouni: «Nous sommes attachés à l’indemnisation des victimes du colonialisme»

logo de Ech-Chorouk El Yaoumi Ech-Chorouk El Yaoumi il y a 6 jours Ech-Chorouk El Yaoumi

Le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit, Tayeb Zitouni a réaffirmé vendredi que l’Algérie “demeurera attachée à ses droits suivant les mécanismes mis en place, tels que la création de groupes de travail conjoints, pour l’examen et le règlement, dans leur cadre défini, des dossiers liés à la Mémoire nationale”.

Dans un entretien accordé à l’APS, le ministre des Moudjahidine a fait savoir que « la question mémorielle fait l’objet d’un suivi permanent de la part de son département, notamment en ce qui concerne les dossiers au centre des groupes de travail conjoints, comme celui de la restitution des crânes ».

Un dossier qui a, à ses yeux, enregistré « une avancée notable après la récupération, la veille de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance nationale (5 juillet 2020), des crânes de 24 des Chouhada de la Résistance populaire suite à l’intervention du président de la République Abdelmadjid Tebboune », rappelant que le chef de l’Etat avait affirmé que cette action se poursuivra jusqu’à la récupération de tous les restes mortuaires des Chouhada de l’Algérie.

Pour Tayeb Zitouni, « le traitement des dossiers de la Mémoire se fait à travers le canal diplomatique avec la contribution de tous les secteurs et instances concernées ».

Le ministre a affirmé également que son département continuera à travailler “inlassablement” jusqu’au règlement de l’ensemble de ces dossiers, rappelant par là même que la préservation et la protection de la dignité des symboles, des héros et des hauts fait de la Résistance populaire, du Mouvement national et de la Guerre de libération nationale et la garantie de leur transmission aux générations montantes étaient la vocation du ministère des Moudjahidine et des Ayants- droit, ajoutant que son ministère a également pour mission de « préserver les droits des victimes de la colonisation française et leur indemnisation pour les préjudices subis, et mettre à nu des crimes coloniaux, qui n’ont épargné ni l’Homme ni la nature, en vue de documenter les faits historiques et afin que nul n’oublie ».

Pour ce qui est des dossiers relatifs aux explosions nucléaires effectuées dans le Sahara algérien et aux disparus et exilés, il a estimé qu’ils nécessitaient “recherches et étude” sur tous les aspects, faisant état de démarches pour mettre sur pied des commissions ad-hoc regroupant des experts et des chercheurs au niveau du Centre national d’études et de recherches sur le Mouvement national et la Révolution du 1er Novembre 1954 (CNERMN54).

Ces dossiers font, selon lui, « l’objet de suivi et de coordination entre les secteurs concernés, qui travaillent dans le cadre des commissions conjointes entre les parties, algérienne et française ».

Il s’agit entre autres, selon le ministre des Moudjahidine, de récupérer les archives en lien avec la Résistance populaire, le Mouvement national et la Guerre de libération nationale et de leur accès aux spécialistes et chercheurs.

Tojours au sujet de la Mémoire, il a tenu à rappeler que « l’Algérie a toujours affiché sa position officielle, consciente de la nécessité de composer avec le présent et les exigences de la coopération dans le cadre du respect mutuel et du devoir de préserver les intérêts nationaux suprêmes, sans préjudice aux relations stratégiques avec la France ».

Publicité
Publicité

Voir plus de Ech-Chorouk El Yaoumi

Ech-Chorouk El Yaoumi
Ech-Chorouk El Yaoumi
image beaconimage beaconimage beacon